RMC

En Chine, après la fin de la politique zéro covid, l'épidémie semble hors de contrôle

Plusieurs pays européens dont la France ont rétabli des tests covid aux frontières alors que le nombre de cas dans le pays est en train d'exploser. Une situation qui reste très obscure alors que les statistiques du nombre de cas et de morts données par le gouvernement chinois ne semblent pas crédibles.

Le nombre de cas de Covid est en train d'exploser en Chine. Trois semaines après l’abandon de la politique du zéro Covid, la situation semble hors de contrôle même si personne ne peut dire exactement à quel point puisque les statistiques chinoises ont définitivement perdu toute crédibilité.

Le vendredi 24 décembre, par exemple, le ministère de la Santé a annoncé 5000 nouveaux cas de Covid et un mort pour tout le pays. Sauf qu’au même moment, des autorités locales publiaient leurs données. Par exemple, la ville de Qingdao, 10 millions d'habitants, a annoncé 500.000 nouveaux cas par jour. La province du Zhejiang avance le chiffre d’un million de nouveaux cas par jour pour ses 60 millions d’habitants. Un site d’information indépendant de Hong Kong, en se basant sur des informations du gouvernement qui auraient fuité avance le chiffre de 250 millions de Chinois actuellement contaminés, soit 18% de la population. La sinologue Marie Holzman estime qu’aujourd’hui, “toute la Chine est en panique”.

Combien de morts?

Le nombre de morts est également impossible à estimer. Les statistiques officielles font toujours état d’environ 5.000 morts en tout depuis le début de la pandémie, il y a trois ans, sans admettre la flambée actuelle. Alors que toute la presse internationale a publié ces derniers jours des reportages sur les crématoriums qui sont débordés. On a vu des images d’interminables files d'attente devant ces lieux de cérémonie mortuaires. L'Agence France presse, sur la base de sondages dans ces crématoriums, estime que le nombre de morts actuellement en Chine est trois ou quatre fois supérieur à la normale.

Une société britannique d'épidémiologie qui s’appelle Air Infinity a estimé à 11.000 le nombre des morts chaque jour actuellement en Chine. On est donc à des années lumières des statistiques officielles. Statistiques d’ailleurs que les Chinois ont renoncé à publier depuis le 25 décembre.

La fin de la politique zéro covid comme accélérateur?

Alors la question qui peut se poser est: est-ce que ces résultats catastrophiques sont dus à l'abandon de la politique zéro covid ? Ces résultats coïncident avec l'abandon de cette politique. On ne peut pas en conclure que c’est seulement la fin des stricts confinements qui est à l’origine de l’explosion.

Ce qui s’est passé, c’est qu'à la mi-novembre, on a constaté une flambée du nombre des cas notamment à Canton et à Pékin. Logiquement, les autorités auraient dû mettre en place de stricts confinements, c'est-à-dire enfermer chez eux des dizaines ou des centaines de millions de personnes et imposer des tests quasi-quotidiens à toute la population. Et venir chercher de force les cas positifs ou les cas contacts pour les emprisonner dans d’horribles centres de rétention. Bref, les autorités chinoises face à cette flambée de novembre auraient dû faire ce qu'elles faisaient depuis 3 ans. Sauf que d’un seul coup, cela n’a plus eu été possible parce que la population ne l'acceptait plus.

Il s’est passé quelque chose que l’on ne croyait pas possible en Chine. Un mouvement de colère qui a fait peur au pouvoir communiste. Tout a commencé par un incendie. Le 24 novembre, à Urumqi, dans la province à majorité musulmane du Xinjiang, le feu s’est déclaré dans un immeuble d’habitation. Et des habitants n’ont pas pu sortir de chez eux parce que leurs portes étaient cadenassées de l'extérieur lorsqu'il y avait un cas de covid dans la famille. Résultats 10 personnes ont brûlé vives et l’information a révolté les Chinois.

Des manifestations ont alors éclaté dans tout le pays. Les premières de cette importance depuis le mouvement étudiant de Tian'anmen il y a 34 ans. Pour la première fois, on a entendu des slogans hostiles au tout-puissant président Xi Jinping et en quelques jours le pouvoir à reculer. Le 7 décembre, c'était la fin de la politique zéro Covid. C'était un soulagement pour les Chinois qui n’en pouvaient plus, mais c’était aussi, on est en train de le comprendre, c’était aussi un saut dans l’inconnu.

Nicolas Poincaré