RMC

Missile en Pologne: Andrzej Duda, l’homme qui a rassuré le monde entier

Dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré a consacré son portrait au président polonais Andrzej Duda, qui a écarté la piste russe dans l’affaire du missile tombé dans son pays.

Andrzej Duda, le président polonais, a affirmé ce mercredi que son pays n’avait pas été victime d’une attaque de la Russie. C’est donc l’homme qui a rassuré le monde entier, parce que si la Pologne avait effectivement été la cible d’un tir russe, les conséquences auraient été terribles.

Mais finalement, Andrzej Duda a estimé que le missile qui a touché son pays était certainement un missile anti-missile ukrainien accidentellement tombé en Pologne.

Le président ukrainien continue à le contester et à affirmer que le tir était russe, mais les Polonais sont affirmatifs. Non, la Russie n’a pas bombardé leur pays membre de l'Europe et de l'Otan.

Et il n’y a pas de raison de ne pas croire Andrzej Duda parce que c’est le meilleur allié de l’Ukraine. Celui qui veut leur livrer toujours plus d’armes lourdes.

A Kiev, le président Zelensky a inauguré une allée des braves avec les noms de tous les dirigeants qui soutiennent son pays. Et le nom d’Andrzej Duda a été le premier gravé…

Un nationaliste très conservateur

En Pologne, Andrzej Duda a la réputation d’un nationaliste très conservateur. C’est l'héritier des jumeaux Kaczynski, dont l’un était Premier ministre et l’autre président. Il est issu du parti de droite “droit et justice”.

Il revendique sa foi catholique et a soutenu les mesures très, très restrictives sur l’avortement. Il dénonce l’idéologie LGBT comme étant pire que le communisme…

Il a aussi tenu un bras de fer contre l'Europe qui lui reprochait des lois défavorables à l'indépendance de la justice. Et surtout une constitution qui défendait que la loi polonaise devait être supérieure aux textes européens.

Il a aussi fait voter un texte proclamant que les Polonais avaient été victimes du nazisme et non complices des Nazis, et que dire le contraire était un délit.

Globalement, il n’aime pas beaucoup l’Europe, encore moins l’Allemagne et encore moins la Russie… Ce qui n’est pas très original en Pologne.

Il était considéré à Bruxelles comme le mauvais élève de l'Europe, jusqu’au début de la guerre en Ukraine, qui l’a placé en première ligne.

Nicolas Poincaré