RMC

Nombre de fonctionnaires: ce que proposent les candidats à la présidentielle

Dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story, Emmanuel Lechypre a fait le point sur les promesses des candidats à la présidentielle sur le nombre de fonctionnaires.

Comme à chaque campagne électorale, c’est la surenchère dans les promesses de réduction ou d’augmentation de nombre de fonctionnaires… C’est devenu le marqueur de la volonté de chaque candidat de réduire les dépenses publiques si vous êtes LR, LREM ou Reconquête, ou de les augmenter si vous êtes à gauche. 

Le camp de la droite libérale et de la sociale-démocratie promet une baisse. Valérie Pécresse entend supprimer 150.000 postes dans "l'administration administrante". Eric Ciotti, c’était 250.000. Emmanuel Macron va rester calé sur ses 120.000 probablement. Eric Zemmour veut réduire le périmètre de l’Etat et faire travailler les fonctionnaires 39h, donc avec moins de personnel au total. 

A gauche, Jean-Luc Mélenchon est plutôt sur 200.000 embauches. Le champion, c’est Fabien Roussel et le PCF : 500.000 créations de postes. Anne Hidalgo et Yannick Jadot en veulent plus aussi, mais c’est flou. Marine Le Pen n’a pas tranché.

La constante, c’est pourtant que les effectifs de fonctionnaires n’ont jamais cessé d’augmenter. Deux présidents promettaient de réduire le nombre de fonctionnaires. Nicolas Sarkozy, président de 2007 à 2012, c’était 150.000 postes. Emmanuel Macron avait promis 122.000 fonctionnaires de moins.

Mais les effectifs des trois fonctions publiques étaient de 5.662.000 personnes à la fin de 2020, soit 1.014.000 de plus que fin 1997. Et une hausse de 22 % alors que l’emploi total (public et privé) a augmenté de 15 % et la population de 13 % sur cette période, selon les calculs de Fipeco.

>> Tous les podcasts d'Emmanuel Lechypre sur RMC

Les fonctions publiques territoriale et hospitalière en hausse

Comment s’explique cette augmentation ? Pas tellement à cause de la fonction publique d’Etat, dont les effectifs ont augmenté de 6 % de 1997 à 2020. Ils ont même baissé sous Nicolas Sarkozy. Sauf que ceux de la fonction publique territoriale ont explosé de 44 % et ceux de la fonction publique hospitalière de 35 %. 

Sur les trois premières années de l’actuelle législature Macron, la hausse est de 77.000 dans la fonction publique d’Etat, 30.000 dans les collectivités locales et 31.000 dans les hôpitaux. 

Les causes : les 35 heures, l’empilement des réformes et des structures, le poids croissant des normes réglementations et procédures… 

Les comparaisons internationales des emplois publics présentent de difficiles problèmes méthodologiques. On peut néanmoins noter que la part de la branche "administrations, défense, éducation, santé et action sociale" dans l’emploi total était de 30 % en France en 2020, au-dessus des moyennes de la zone euro et de l’Union européenne (25 %) ou des ratios de l’Allemagne (26 %) et du Royaume-Uni (25 %), mais au-dessous de ceux de la Suède (34 %) et de la Belgique (31 %).

Emmanuel Lechypre