RMC

Affaire de Pontoise: l'accusé condamné à huit ans de prison, la qualification de viol reconnue

Cinq ans après les faits, l’affaire de Pontoise a finalement été jugée ce vendredi. Sarah a été reconnue victime de viol par la cour criminelle de Pontoise, son agresseur a été condamné à huit ans de prison avec mandat de dépôt.

Sarah avait 11 ans, le 24 avril 2017, quand un homme de 28 ans lui a imposé des relations sexuelles. Comme elle n’avait pas crié ni résisté, le parquet de Pontoise avait à l’origine retenu le délit d’atteinte sexuelle pour sanctionner une relation entre un adulte et un mineur consentant. Cette affaire avait provoqué un débat national sur le non consentement présumé des mineurs de moins de 15 ans, inscrit dans la loi depuis avril 2021.

Vendredi, la cour criminelle de Pontoise a estimé que l’accusé a bien abusé de la vulnérabilité de Sarah qui "n’avait pas la maturité et le discernement pour consentir à une relation sexuelle avec un adulte."

"On est contents que soit reconnu ce viol. C'était une petite fille, elle lui avait dit qu'elle avait onze ans, elle n'avait jamais eu d'expérience sexuelle, ne savait même pas ce que c'était une histoire sexuelle: elle a été sidérée" juge, soulagée, Emmanuelle Piet, présidente du collectif féministe contre le viol, partie civile aux côtés de Sarah.

L'accusé récuse l'accusation de viol

La cour a évoqué une effraction physique et psychique majeure chez la jeune adolescente et le parquet avait requis dix ans de prison. L’avocat de la défense, maître Dylan Slama, a déploré la pression de l’opinion publique sur la justice:

"L'avocat général a dit que cette décision allait être scrutée par la société et qu'elle allait envoyer un message. Pour moi, ce n'est pas le rôle d'une décision de justice qui doit juger un homme."

Jusqu’au bout, L’accusé a parlé de relations sexuelles consenties assurant qu’il ne connaissait pas l’âge de Sarah. Il a désormais dix jours pour faire appel.

Marion Dubreuil