RMC

Femme violentée et beau-fils tombé du 11e étage: un homme mis en examen

Police (illustration)

Police (illustration) - LOIC VENANCE / AFP

Un homme de 32 ans a été mis en examen ce week-end après un terrible drame familial intervenu mercredi dernier à Champigny-sur-Marne.

Le choc et l'incompréhension à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Mercredi 5 janvier, policiers et sapeurs-pompiers ont été appelés au bas d'un immeuble de la commune, dans le quartier du Bois-l'Abbé. Comme le raconte Le Parisien, ils ont été informés de la chute d'un enfant au pied de l'immeuble. Mais à leur arrivée, il n'y avait aucun corps.

Quelques heures plus tôt une violente dispute aurait éclaté entre un homme et une femme. Le premier reproche une relation extraconjugale et il la menace avec un couteau comme le rapportent les voisins, chez qui la femme a tenté de trouver refuge. Elle est ensuite retournée dans l'appartement pour tenter de protéger ses enfants: deux filles de 4 et 5 ans, nées de l'amour avec cet homme, et son fils de 12 ans né d'une précédente relation.

Pronostic vital encore engagé pour le jeune de 12 ans

Mais alors que la mère se trouve dans une autre pièce le jeune homme tombe par la fenêtre, du 11e étage, dans des circonstances qui restent encore floues. Le jeune homme a survécu à cette chute. L'homme a ensuite été chercher son beau-fils au rez-de-chaussée et l'a remonté au 11e étage indiquent une source policière au Parisien, qui s'est fait confirmer cette information par des témoignages du voisinage.

Les policiers ont retrouvé l'enfant en train de hurler de douleur, les vêtements pleins de boue. Il a été hospitalisé, placé dans un coma artificiel et son pronostic vital reste encore engagé ce lundi.

À la suite des événements, l'homme de 32 ans a été placé en garde à vue durant 48 heures. Il est passé devant un juge d'instruction samedi et a ensuite mis en examen pour tentative de meurtre, tentative de meurtre sur mineur de moins de 15 ans, mais aussi violences et menaces de mort. Déjà visé par une plainte de sa femme il y a deux ans pour "violences", il a été écroué en attente d'une possible détention provisoire décidée mercredi après-midi.

J.A.