RMC

Lyon: l'exaspération des riverains après la nouvelle fusillade dans le quartier de La Duchère

Deux hommes de 16 et 20 ans ont été tués mardi soir à La Duchère, à Lyon. Deux autres ont été blessés dans une fusillade sur fond de trafic de drogue. Une scène qui a choqué les riverains.

Colère et incompréhension dans le quartier de La Duchère, à Lyon. Dans la nuit de mardi à mercredi, deux jeunes hommes de 16 et 20 ans sont morts dans une nouvelle fusillade, probablement liée à un trafic de drogue. Deux autres personnes ont été blessées.

Le parquet de Lyon a indiqué avoir immédiatement ouvert une enquête de flagrance des chefs de “tentative de meurtre et meurtre en bande organisée, participation à une association de malfaiteurs en vue de la commission d'un crime". Elle a été confiée à la direction zonale de police judiciaire.

C'est le 5e événement de ce type en seulement quelques mois. Ce qui provoque le ras-le-bol des habitants. Devant le bloc, pendant qu’une équipe nettoie le sang sur le trottoir, un habitant raconte sa soirée à des voisins.

“J’étais devant l’ordi et j’ai entendu des coups de feu. Je me penche par là et j’en vois un qui court avec un flingue. Quand il est rentré, j’entends la deuxième rafale”, détaille-t-il.

Des forces de l'ordre mobilisées selon le préfet délégué à la sécurité

Ça fait 13 ans que ce résident est dans l’immeuble. Il n’a jamais connu un événement aussi traumatisant. “Il y a un gars qui criait ‘jetez une couverture’. Il disait ‘je ne peux pas le porter, il y a toute sa cervelle qui est dehors’”, ajoute cet homme.

À la tristesse, s’ajoute la peur chez les riverains. “J’ai une fille, elle a six ans, donc ça fout le trac de sortir”, indique un premier. “Dès que ce sera possible, je foutrai le camp”, affirme une autre.

Parmi les habitants, un sentiment partagé, celui d’être abandonné par les autorités. Faux, répond Ivan Bouchier, le préfet délégué à la sécurité.

“Je vais m’inscrire en faux contre cette affirmation. La police, à La Duchère, elle est là tous les jours. Elle intervient, elle visite des caves. La police municipale et la police nationale sont là”, indique-t-il.

Certains habitants réclament surtout la réouverture d’un commissariat dans le quartier, fermé il y a quelques années.

Vincent Chevalier avec Guillaume Descours