RMC

Suicide de Lucas, 13 ans, sur fond de harcèlement et homophobie: ce que l'enquête doit éclaircir

Un collégien de 13 ans s'est donné la mort la semaine dernière dans les Vosges, alors qu'il subissait de nombreuses moqueries par certains camarades. Une enquête a été ouverte pour déterminer toutes les responsabilités dans cette affaire.

Comme RMC le racontait jeudi, un adolescent de 13 ans s'est donné la mort samedi dernier à son domicile. Scolarisé en classe de 4e dans un collège de Golbey, près d'Epinal dans les Vosges, il était victime de harcèlement scolaire sur fond d'homophobie.

Une enquête pour harcèlement sur mineur de moins de 15 ans a été ouverte après la mort du jeune Lucas, a annoncé du procureur d'Epinal jeudi. La famille n'avait pas déposé plainte, mais "les faits avaient été signalés à l'Éducation nationale, qui avait reçu les mineurs" explique le procureur.

Un drame qui a même fait réagir le ministre de l'Education nationale, Pap Ndiaye, qui assure à tous les élèves harcelés que "leur désespoir fonde (sa) détermination à empêcher toute forme de harcèlement".

Les parents vont déposer une plainte

Le but de l'enquête ouverte est de déterminer s'il y a un lien entre ces faits de harcèlements et le suicide de Lucas. Car Lucas subissait des moqueries, des insultes, de la part de camarades. Des faits signalés au moins depuis le mois de septembre par la famille à la direction du collège.

Qu'a mis en place le collège?

Le collège avait alors convoqué certains élèves à l'origine des moqueries, mais pour la directrice académique, "la situation était réglée", et Lucas n'était plus victime de harcèlement.

Une pensée que ne partagent pas les parents, qui se demandent ce que le collège a vraiment mis en place pour protéger cet enfant. C'est sur cela que l'enquête devra lever le voile et surtout déterminer s'il y avait un lien réel entre ces faits de harcèlement et le suicide de l'enfant. Les parents ont expliqué qu'ils allaient déposer une plainte dans les jours à venir.

Mahauld Becker-Granier (édité par J.A.)