RMC

Féminicide à Paris: la voiture et l'arme du policier en fuite retrouvées à Amiens

Arnaud B., le policier recherché pour le meurtre de sa compagne

Arnaud B., le policier recherché pour le meurtre de sa compagne - Préfecture de police de Paris

La voiture et l'arme d'Arnaud B., le policier recherché pour le féminicide de sa compagne à Paris, ont été retrouvées à Amiens.

Cela faisait 20 jours que les enquêteurs avaient perdu sa trace. La voiture et l'arme avec les munitions d'Arnaud B., le policier soupçonné d'avoir tué sa compagne fin janvier à Paris, ont été retrouvées simplement stationnée sur un parking, au sud d'Amiens, d'après une source proche de l'enquête. Le policier est toujours recherché. La voiture a été découverte vendredi dernier, le lendemain seulement de l'appel à témoin lancé par la préfecture de police

Arnaud B., gardien de la paix de 29 ans, connu pour violences conjugales, est en fuite depuis le 28 janvier, jour de la découverte dans un appartement du XIXe arrondissement du corps de sa compagne, âgée de 28 ans et décédée par strangulation.

>>> A lire aussi: Compagne d'un policier morte à Paris, la piste du féminicide se confirme

De nombreuses interrogations demeurent: depuis combien de jours ce véhicule est-il stationné sur ce parking? De quelle avance dispose le policier dans sa fuite? De même: rien explique pour le moment la présence de ce véhicule à Amiens.

Un appel à témoin

Le 10 février, la préfecture de police avait lancé un appel à témoin pour retrouver le fonctionnaire "en possession de son arme de service". On le voit avec une barbe noire, les cheveux rasés, vêtu d'un tee-shirt noir, et la description de son véhicule, une Peugeot 208 blanche immatriculée DQ-759-HN "en mauvais état général". C'est cette voiture qui a été retrouvée.

Le préfet de police Didier Lallement a aussi saisi l'IGPN pour enquêter sur d'éventuels manquements concernant l'autorisation de port d'arme accordée au policier, connu pour violences conjugales et sa fragilité psychologique. Il avait notamment été placé en garde à vue en octobre 2019 pour des violences sur sa compagne de l'époque et avait écopé d'une alternative aux poursuites, un stage de sensibilisation aux violences conjugales. Sur le plan administratif, il avait été sanctionné d'un simple avertissement, la sanction disciplinaire la plus basse de la fonction publique, non inscrite dans le dossier de l'agent.

AFP (avec MM)