RMC

Incidents au Stade de France: un jeune raconte comment il est entré sans billet

Lors de la finale de la Ligue des champions samedi soir, un jeune Parisien de 17 ans a réussi à pénétrer dans l'enceinte du Stade de France sans billet, se greffant à un groupe de supporters de Liverpool pour passer les portiques en profitant du chaos qui régnait aux abords de l'enceinte. Il raconte à RMC.

Un nombre encore inconnu de spectateurs sans billet ont escaladé les grilles du Stade de France samedi soir, pour assister à la finale de Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid. Certains sont même passés sous les portiques. C'est le cas d'un jeune Parisien de 17 ans que RMC a pu retrouver.

Aujourd'hui, il se vante d'être devenu, grâce à son intrusion dans le Stade de France, la "star de son lycée". Il est 20h50 ce samedi quand ce jeune homme en chemin pour la fanzone de Saint-Denis réalise que les abords du stade sont accessibles sans billet.

"Comme dans le métro, quand on fraude"

Mouvements de foule, gaz lacrymogènes... Ce lycéen profite alors du chaos qui règne aux abords de l'enceinte, pour se greffer alors à un groupe d'Anglais. Et au bout de la deuxième tentative, il réussit à s'infiltrer par les portiques de la porte X.

"D'un coup, il y a eu un mouvement de foule. Certains ont essayé de forcer l'entrée et je suis passé derrière un fan, comme dans le métro, quand on fraude. Un stadier m'a retenu mais tellement de monde rentrait qu'il m'a lâché la main et j'ai pu rentrer dans le stade avec de fans de Liverpool qui couraient", raconte-t-il à RMC.

"Une finale de Ligue des champions à côté de chez nous, ça fait rêver"

Derrière lui, une vingtaine de personnes l'imite. Des supporters britanniques mais pas seulement: "Il y avait aussi des jeunes comme moi, ça montre une mauvaise image de nous. Mais il faut se mettre à notre place, une finale de Ligue des champions qui se joue à côté de chez nous, ça fait rêver tout le monde. Malheureusement, on n'a pas les moyens financiers de se prendre des billets à 3.000 euros".

Il évoque surtout l'absence de sécurité dans et aux abords du Stade de France: "On a réussi à accéder à la zone près du stade, personne ne faisait attention, on a à peine fouillé nos sacs, il n’y avait rien du tout comme sécurité. C’est juste à chaque fois qu’on s’approchait un peu des portes que la police intervenait en gazant la foule", assure le lycéen.

Tous les fraudeurs s'exposent à des poursuites judiciaires, même si l'on ne sait pas encore ce qu'envisage l'UEFA, qui a ouvert une enquête indépendante. Mais celui qui se présente comme un fan de Liverpool, lui, ne regrette pas son comportement: "Je pense que mon entrée n'a pas changé grand-chose. Je suis triste pour ceux qui n'ont pas réussi à rentrer mais en même temps, franchement ça valait le coup". Il condamne en revanche les vols de billets à l'arraché qu'il a observé avant d'entrer illégalement dans le Stade de France.

Nicolas Traino (avec G.D.)