RMC

Marseille: une opération de police massive pour lutter contre le trafic de drogue

Plus de 3.000 personnes ont été contrôlées, plus de 200 verbalisées et une trentaine interpellées lors d'opérations de police dans les cités de Marseille la semaine dernière. Près de 550 membres des forces de l'ordre étaient mobilisés pour cette opération d'ampleur inédite.

Une opération de police anti-stupéfiants d'une ampleur inédite s'est tenue la semaine dernière dans les quartiers de Marseille. "Un pilonnage à très grande échelle" des points de deal, selon les mots du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. L’objectif était de toucher pendant trois jours les trafiquants là où cela fait le plus mal, au portefeuille.

“Plus d’une vingtaine de points de deals ont été mis à l’arrêt avec des moyens massifs. 550 policiers et gendarmes ont été mobilisés, soit quatre fois plus que ce que l’on a d’habitude à Marseille. Ils ont contrôlé plus de 3.000 personnes, relevé plus de 200 infractions et interpellé une trentaine de personnes lors de ces opérations”, indique Frédérique Camilleri, préfète de police des Bouches-du-Rhône.

Une solution seulement temporaire?

Depuis un an et demi, ces opérations sont expérimentées à Marseille pour peut-être un jour les exporter dans d'autres villes. Rudy Mana, secrétaire départemental du syndicat de police Alliance dans les Bouches-du-Rhône, a un avis plutôt partagé sur leur efficacité.

“C’est mieux que de ne rien faire. Au moins, ça a le mérite de faire procéder à des interpellations et de mettre à disposition de la justice. Mais est-ce que c’est le remède miracle pour arrêter le trafic de stupéfiant? Non. Il est évident que dès que les policiers quittent une cité, la nature a horreur du vide et le business doit se reconstituer parce qu’il ramène des milliers d’euros tous les jours dans ces cités”, assure-t-il.

Pour lui, l'éducation et l'emploi des jeunes dans les cités sont primordiaux. Il est aussi partisan d'une plus grande sévérité des tribunaux à l'égard des jeunes dealers.

Maxime Levy avec Guillaume Descours