RMC

Rhône-Alpes: des écologistes visés par une enquête pour détournement de fonds publics

Deux élus écologistes font l’objet d’une enquête, ouverte par le parquet de Lyon (Rhône), pour de potentiels détournements de fonds publics. Un conseiller régional du groupe écologiste aurait eu recours aux services d’un centre de formation dont il est lui-même salarié.

Une enquête préliminaire a été ouverte sur de potentiels détournements de fonds publics par des élus écologistes d'Auvergne-Rhône-Alpes après un signalement de l’exécutif régional dirigé par Laurent Wauquiez (LR), selon une annonce du parquet de Lyon diffusée ce mardi 13 décembre.

"À la suite de la réception d’un signalement émanant des services du conseil régional Rhônes Alpes, le parquet de Lyon a ouvert une enquête préliminaire du chef de détournement de fonds publics par agent public", a-t-il précisé à l'AFP.

En octobre dernier, la Région avait saisi le parquet après un rapport de la direction générale des services sur les dépenses du groupe écologiste présidé par Fabienne Grébert.

La région pointait du doigt le recours à un centre de formation, dont le conseiller régional écologiste Olivier Longeon est salarié, pour des prestations estimées "à hauteur de plus de 145.000 euros".

L'exécutif régional s'interrogeait en outre sur la "réalité" d'une formation suivie par Fabienne Grébert, qui, selon ses informations, participait à une cérémonie en Haute-Savoie à la date mentionnée.

Les écologistes dénonçaient "un contre-feu étonnant"

EELV a indiqué à l'AFP que Fabienne Grébert et Olivier Longeon n'avaient pas été informés de l’ouverture de cette enquête, mais se tenaient à disposition de la justice.

À la suite du signalement de la région, le groupe écologiste avait souligné que "les formations sont depuis toujours validées par les services du conseil régional, conformément aux procédures en vigueur", précisant que le centre concerné était agréé par le ministère de l'Intérieur.

À l'époque, le groupe écologiste avait dénoncé un "contre-feu étonnant" en pleine polémique sur l'organisation cet été par l'exécutif régional d'un dîner jugé "fastueux", pour lequel EELV avait saisi le Parquet national financier (PNF).

Mediapart venait de révéler qu'un "dîner des sommets", organisé fin juin à l'invitation de Laurent Wauquiez dans un château du Beaujolais pour 90 personnalités avait coûté un peu plus de 100.000 euros (soit au final plus de 1.100 euros par convive, repas et location comprise, un montant confirmé par la région).

Un consultant avait également participé à l'organisation du dîner pour une facture de 48.000 euros TTC, selon Mediapart.

A.L. avec AFP