RMC
INFO RMC

Agression d'Yvan Colonna, statut de la Corse: ce qu'il faut retenir de l'interview de Gérald Darmanin

Sur RMC et BFMTV, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a affirmé qu'il était prêt à discuter de l'autonomie de la Corse et a qualifié "d'acte terroriste" l'agression d'Yvan Colonna en prison.

Invité de d'Apolline de Malherbe sur RMC et BFMTV ce mercredi matin, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin est longuement revenu sur la situation en Corse où il doit se rendre, alors que l'île est en proie à de violentes manifestations.

  • Vers l'autonomie en Corse?

Le ministre de l'Intérieur a assuré à la rédaction de Corse Matin être prêt à "aller jusqu'à l'autonomie" de la Corse. Face à Apolline de Malherbe, le ministre de l'Intérieur a assuré se rendre en Corse pour le dialogue: "Cela ne se fera pas en deux jours mais ce sera dans le prochain mandat de la ou du prochain président de la République".

"Il faut que nous discutions de ces sujets. Je commence une négociation l'esprit ouvert. Il faut dire ce qu'il est possible de faire et quels moyens. Il y a déjà beaucoup de compétences qui ont été données à la Corse. L'autonomie ça peut aussi être une autonomie à l'intérieur de la Constitution", a-t-il assuré.

  • L'agression d'Yvan Colonna, un acte terroriste

Gérald Darmanin a qualifié de "terroriste", l'agression d'Yvan Colonna par un autre détenu au sein de la prison d'Arles, agression qui a entraîné des violences en Corse: "C’est un acte terroriste comme l’assassinat de Samuel Paty. C’est avant tout un acte islamiste", a lancé le ministre de l'Intérieur.

Le 2 mars dernier, le militant nationaliste condamné à la prison à perpétuité pour l'assassinat du préfet de Corse Claude Erignac en 1998, avait été agressé par un autre détenu, un Camerounais condamné à une peine de prison de 9 ans pour terrorisme djihadiste. En garde à vue, ce dernier avait assuré aux enquêteurs s'en être pris au berger de Cargèse après un blasphème du détenu Corse.

  • Marine Le Pen et sa "rechute d’extrémisme"

Alors que le gouvernement semble prêt à faire des concessions en Corse face à la gronde, Marine Le Pen a estimé que "passer de l’assassinat d’un préfet à la promesse d’autonomie" était "un message plus catastrophique" "Je refuse que le clientélisme cynique d'Emmanuel Macron brise l'intégrité du territoire français : la Corse doit rester française", a-t-elle ajouté.

"Elle fait une rechute d’extrémisme, tout le monde veut que la Corse reste française", a répondu Gérald Darmanin ce mercredi sur RMC. "On voit bien qu’elle n’est pas prête à exercer le pouvoir", a-t-il ajouté.

  • La France prête à accueillir 100.000 réfugiés ukrainiens

Alors que près de 3 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays, Gérald Darmanin a assuré que 17.000 d'entre eux étaient déjà arrivés en France: "Nous avons 17.000 réfugiés ukrainiens arrivés sur le sol national à notre connaissance. Comme ils sont dans l'espace Schengen, ils peuvent venir en France sans visa, donc il y en a peut-être plus", a-t-il assuré.

"Le président de la République nous a dit qu'il y avait 100.000 places possibles pour les réfugiés dans les jours qui viennent", a ajouté le ministre de l'Intérieur.
Guillaume Dussourt Journaliste BFMTV-RMC