RMC

Enquête sur Éric Coquerel: Sandrine Rousseau réclame sa mise en retrait

Après l’ouverture d’une enquête pour harcèlement et agression sexuels à l’encontre d’Éric Coquerel, l’écologiste Sandrine Rousseau, également membre de la Nupes, demande sa mise en retrait de la présidence de la commission des Finances à l’Assemblée nationale.

La pression s'intensifie sur Éric Coquerel. Le député LFI, président de la commission des Finances à l’Assemblée nationale, est visé par une enquête pour harcèlement et agression sexuels. Pour la première fois, devant les micros, l’écologiste Sandrine Rousseau, également membre de la Nupes, demande ce vendredi matin sa mise en retrait.

"Il ne doit pas présider le temps de l'enquête", a expliqué la députée de la 9e circonscription de Paris sur France 2. "Une fois que cette enquête est réalisée alors il pourra reprendre son poste de président de la commission des Finances, s'il n'y a rien", a ajouté Sandrine Rousseau. "S'il est mis en examen, il faudra qu'il démissionne", "il faut respecter la parole des femmes", a-t-elle souligné.

Contacté par RMC, un autre député écologiste plaide pour une mise en retrait d’Éric Coquerel: "Avec la plainte, ça devient compliqué pour la sérénité de son travail. Se mettre en retrait, ce n'est pas démissionner. Je pense que c'est équilibré".

Quatennens minimise

La plainte a été déposée par Sophie Tissier, une militante. Avec Éric Coquerel, ils avaient participé à une soirée du Parti de gauche en 2014. Elle évoque "des gestes déplacés, des mains baladeuses" mais également "un regard salace, gluant". Éric Coquerel conteste les faits. Il est très fortement soutenu par La France insoumise. Jean-Luc Mélenchon, qui disait il y a quelques jours être complètement solidaire avec lui, a estimé que l’ouverture d’une enquête était "une mesquine réplique" contre Éric Coquerel".

Sur RMC-BFMTV, ce vendredi matin, Adrien Quatennens, numéro 2 de LFI, a minimisé les faits reprochés, en parlant "d'une personne qui a mal vécu une danse il y a huit ans". Des faits qui selon lui "ne justifient pas une mise en retrait" de la présidence de la commission des Finances. De quoi renforcer encore les tensions naissantes entres les différents partis membres de la Nupes.

Cyprien Pézeril