RMC

Excédé, un maire de l'Oise propose un "stage de découverte aux députés novices"

-

- - AFP

Déconnectés du terrain, les députés En Marche? Une certitude pour Christophe Dietrich, le maire (SE mais soutenu par LR) de Laigneville, commune de 5.000 âmes dans l'Oise. En colère contre la diète budgétaire imposée aux collectivités, il fustige l'amateurisme des "députés novices". Et leur propose un "stage de découverte" afin de "mesurer l'impact des 13 milliards d'économie qu'ils infligent à 36.000 communes". Il témoigne pour RMC.fr.. \n

Christophe Dietrich est maire sans étiquette (soutenu par LR) de Laigneville. Excédé, il publie une annonce grinçante sur Leboncoin, où il suggère aux néo-députés de venir "découvrir les réalités communales".

"J'emploie l'ironie pour ne pas utiliser la colère. Mercredi matin, j'ai dû recevoir une de mes employées pour lui dire que je ne pourrai pas renouveler son contrat aidé (diminués de près de moitié à la rentrée). A cette dame extrêmement courageuse, ce contrat avait sorti la tête de l'eau. Et j'en ai dix-sept dans ma commune...

Il faut comprendre que les décisions prises à Paris nous impactent directement. Elles sont faites dans une attitude de lâcheté totale, sans connaissance du terrain.

"Ils n'ont pas idée de ce que leurs décisions impliquent"

Faire 3,5 milliards d'économies, comme le propose le gouvernement, ça ne sert à rien si on ne réforme pas les structures pour les rendre moins lourdes. Les contrats aidés ne changeraient rien au chômage? Pourtant, 40% des personnes retrouvent du travail après avoir fait ce type de contrat. C'est mieux que de suivre une formation assis sur une chaise 8 heures par jour.

Je trouve cela très bien que les députés viennent de la société civile. Mais on leur fait prendre des décisions très vite, alors qu'ils n'y connaissent rien, et sont sans idées de ce que ça implique.

"S'ils ont voulu s'impliquer pour faire de la politique autrement, qu'ils viennent voir tous les aspects que ça comporte. Je souhaite très sérieusement qu'un député passe une semaine avec moi dans ma commune. Il regardera les décisions qu'il prend d'un autre oeil."

"Il manque une politique courageuse"

Les députés peuvent venir facilement! J'ai la chance d'être maire d'une commune accueillante, dynamique, avec une gare SNCF à une heure de Paris.

Avec 5.000 habitants et une population très jeune, on est pourtant dans un désert médical. On a toutes les qualités pour accueillir un médecin, mais aucune politique courageuse pour les attirer.

J'ai eu une étudiante de Sciences Po en stage. Je l'ai amenée partout, elle a fini sur les rotules, elle m'a dit qu'elle ne soupçonnait pas toutes les implications de ce que pouvait être la réalité des petites communes.

"Si c'est pour rester assis à l'Assemblée, aucun intérêt"

C'est très bien le non-cumul des mandats, ça renouvelle la classe politique. Mais si c'est pour qu'ils restent des députés parisiens, cantonnés rue de l'université ou à l'Assemblée, il n'y aucun intérêt. Il y aura des décisions à contre-temps.

Je ne leur fait pas de procès, ils sont complices et victimes d'un système auquel ils ne comprennent pas tout. J'aime les gens de la société civile qui ont une vraie curiosité. Il faut qu'ils sortent de leurs attitudes politiciennes. C'est bien beau de prendre des décisions, mais qu'ils viennent voir sur le terrain ce que ça implique.

J'espère que des députés viendront. Qu'ils soient ouvriers, chef d'entreprise, peu importe… Beaucoup de représentants de la société civile arrivent avec des certitudes. Ils verront qu'elles ne sont pas à l'épreuve de la réalité locale."

Propos recueillis par Paul Conge