RMC

François Baroin a de la peine à nous faire comprendre en quoi il est différent d’Emmanuel Macron

Invité de Bourdin Direct mardi matin, François Baroin affirmait ne pas se reconnaître dans les opinions du nouveau Premier ministre Edouard Philippe. Pourtant, de nombreux membres de son parti ont répondu à l’appel lancé par Emmanuel Macron. Un désaccord qui perturbe les électeurs LR et qui s’explique par une absence ligne politique forte selon Jean-Sébastien Ferjou, directeur du site Atlantico.

Depuis la victoire d’Emmanuel Macron, de nombreux cadres du PS et des Républicains rejoignent La République en Marche. Si l’hémorragie était d’abord socialiste pendant la présidentielle, elle est aussi Républicaine depuis la nomination d’Edouard Philippe au poste de Premier ministre. Des mouvements qui perturbent les électeurs des deux camps et qui s'expliquent par la faiblesse actuelle des partis selon Jean-Sébastien Ferjou, directeur du site Atlantico et invité dans Bourdin Direct

"Je pense que les électeurs ne savent plus où se situer parce qu’on parle de gauche et de droite comme des espèces de réalités abstraites. Ça paraît absurde de s’opposer juste au nom d’un mot. Le drame du Parti socialiste ou des Républicains, c’est qu’ils n’ont pas su penser le monde tel qu’il est aujourd’hui. Il peut y avoir une vision de gauche ou de droite du monde qui s’appuie sur l’importance que l’on donne à l’individu ou l’importance que l’on donne au collectif. Ça existe réellement, ce ne sont pas des attitudes politiques superficielles. Mais la gauche, encore moins que la droite, est incapable de dire comment elle pense le monde".

Pour Jean-Sébastien Ferjou, Benoit Hamon a tenté de réaffirmer une ligne politique pendant la campagne présidentielle, en défendant une idée fortement marquée à gauche. "Le revenu universel, c’était un début de réponse, assez faible sur la forme, mais clairement marqué à gauche, qui aurait été complètement différent s’il avait été proposé par la droite. Le drame dans ce pays, c’est qu’il n’y a pas eu de résultats depuis des années, à droite comme à gauche. De plus, les partis sont incapables d’expliquer ce que c’est que d’être de gauche ou d’être de droite. François Baroin par exemple, a de la peine à nous faire comprendre en quoi il est différent d’Emmanuel Macron. Ça ne m’étonne pas qu’une partie des Français se disent que dans la mesure où il n’y a rien de très clair, pourquoi continuer à être dans ces oppositions stériles".

Bourdin Direct avec A. B.