RMC

Havre de paix et lieu stratégique: dans les coulisses de la buvette de l'Assemblée nationale

La buvette de l'Assemblée nationale, réservée aux députés, est un lieu de décompression pour les députés, après les longues séances en commission ou dans l'hémicycle. C'est aussi un lieu hautement politique, où les discussions se passent à l'abri des regards.

Certains députés se plaignent de leurs journées trop longues, mais ils ont aussi leur havre de paix, leur petit coin pour pouvoir se poser: c'est "la buvette des parlementaires". Située à quelques mètres de l'Hémicycle, elle ressemble à un magnifique bistrot parisien avec son vieux zinc et ses petites tables en marbre.

Une verrière donne sur le jardin du Palais Bourbon où se situe une terrasse pour les beaux jours. Surtout, cette buvette -payante- est strictement réservée aux députés. Aucun collaborateur de député, ni salarié de l'institution, ni journaliste ne peuvent s'y poser. Un lieu où seulement les 577 élus et les ministres peuvent donc entrer.

"Un sas de décompression"

Lors des longues sessions parfois jusque tard dans la nuit, cela devient le “sas de décompression” pour les députés:

"On dépose les armes à l'entrée", explique une habituée des lieux.

On y sert principalement du café, mais aussi des bières. Quand la soirée s’allonge, des alcools plus forts entrent dans les verres avec une grosse tendance pour le Get27, cette liqueur très sucrée à la menthe.

"On a besoin de plaisirs régressifs" s’en amuse un député qui prend son verre tous les soirs, sans modération d'ailleurs.

Il n’est d'ailleurs pas le seul: en septembre, tous les stocks ont été vidés, à la plus grande surprise des services de l'Assemblée ne s’y attendaient pas.

On mange aussi dans cette buvette qui fournit dans les assiettes des plats à des prix imbattables. Comptez une dizaine d'euros le plat: une addition bien moins chère que les restaurants du quartier de l’Assemblée, situé entre Saint-Germain-des-Prés et Invalides, et où les prix à la carte peuvent s'affoler. La carte de cette buvette évolue aussi avec l'époque: le pain sans gluten vient d'arriver sur les tables des députés.

Un lieu très politique

La buvette est don un lieu de détente, mais aussi un lieu stratégique, parfois très politique. C'est un lieu où se nouent des contacts, à l’abri des regards puisqu’il n’y a ni assistants, ni journalistes. Parmi les ministres, qui y sont autorisés, on nous raconte que c’est Gérald Darmanin qui y passe le plus de temps et en profite pour sonder les parlementaires, en vue des prochains textes.

Des liens se tissent aussi entre députés de couleurs politiques différentes. L'ambiance y est souvent bonne et peut aller jusqu'au chambrage, comme cet élu de droite qui lance à son collègue de gauche, "Vous savez ce qu’est un vrai pays communiste ? Un tiers de morts, un tiers d’exilés, et un tiers de membres du parti." Un bon candidat au prix de l'humour politique.

Il y a aussi ceux qui restent à l’écart de cette buvette, comme les députés RN, quelque peu "ignorés par les autres", nous dit-on. Enfin, il y a les exilés volontaires de la buvette: ceux qui n'y mettent jamais les pieds, parce qu'ils ne s’y sentent pas encore intégrés. C’est le cas d’un député de la Nupes qui, photo à l’appui, nous a décrit le bar à Spritz qu’il a installé dans son propre bureau, pour inviter les collègues.

Sébastien Krebs avec Maxime Martinez