RMC

Le gouvernement incite au retour du masque: Jean-Baptiste Djebbari tacle ses anciens collègues

Alors que la bronchiolite, la grippe et le Covid-19 gagnent du terrain, le gouvernement pourrait envisager le retour des restrictions sanitaires. Pour l'instant, les ministres incitent fortement à porter le masque notamment dans les transports ainsi qu'à se faire vacciner.

Bientôt le retour des restrictions sanitaires? L'exécutif semble prêt pour ça. Alors que le gouvernement s'interroge sur le rétablissement du masque obligatoire, face à la triple épidémie de Covid-19, grippe et bronchiolite, François Braun a déclaré dimanche que son "bras ne tremblera pas s'il faut décider l'obligation du port du masque, y compris dans toutes les circonstances, si cela devait arriver à ce niveau-là".

Le ministre de la Santé a lancé un "appel solennel à la vaccination" et appelé les Français à la "responsabilité". Dans la foulée, c'est le ministre délégué chargé des Transports Clément Beaune qui a incité au retour du masque dans les transports, publiant sur son compte Twitter un selfie où on le voit avec un masque depuis le siège d'un train, appelant en légende à retrouver les gestes barrières.

Rationnalité contre politique

Une nouvelle campagne de communication du gouvernement pour habituer avant un éventuel retour du masque? Pour l'ancien Jean-Baptiste Djebbari en tout cas, tout cela va trop loin: "Il y a ce qu’on devrait faire dans un monde rationnel et ce qu’on doit faire en tant que politique", estime l'ancien ministre des Transports ce lundi sur le plateau des "Grandes Gueules".

"La rationalité, on la voit très bien dans les pays asiatiques, c’est que dès qu’il y a une phase aigüe pendant quelques semaines, on rend le port du masque obligatoire et c’est circonscrit dans le temps et inséré dans les pratiques", raconte-t-il.

"Nous sommes des citoyens, pas des sujets à qui on peut donner des ordres"

Tout ce que la France n'arrive pas à mettre en place face aux épidémies selon lui: "On n'arrive pas à faire ça, on théâtralise, on en fait des tonnes et ça devient insupportable du point de vue des citoyens", ajoute Jean-Baptiste Djebbari avant d'adresser un dernier petit tacle à son successeur Clément Beaune: "En plus, le sujet n’est pas le TGV où l'on a de l'espace. Le sujet c'est les transports en commun quotidien où l'on est serrés les uns contre les autres".

"Nous sommes des citoyens, pas des sujets à qui on peut donner des ordres", juge de son côté l'éditeur Mourad Boudjellal. "Le ministre de la Santé parle pour ne rien dire. Quand il parle, c'est pour dire 'je suis bon et je maîtrise les choses'. Cette façon de nous materner et de nous donner des ordres est inacceptable", juge-t-il sur RMC et RMC Story.

G.D.