RMC

Le maire de "Pantine" s'explique: "Je fais du concret régulièrement mais personne n'en parle"

Sur RMC, Bertrand Kern, maire de la ville de Pantin (Seine-Saint-Denis), détaille pourquoi il a décidé de rebaptiser la ville "Pantine" en guise de symbole pour l'égalité femmes-hommes et contre les violences faites aux femmes.

En 2023, ne dites plus Pantin... mais Pantine. Le maire socialiste de cette ville de Seine-Saint-Denis, Bertrand Kern, a annoncé dans ses voeux publiés sur Twitter que "Pantin s'appellera pendant un an Pantine". Un signe selon lui de l'engagement de la ville pour "l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les violences faites aux femmes". Invité d'"Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story, il explique avoir pris cette mesure pour sensibiliser, et surtout pour "susciter le débat".

"L'idée, c'est de rajouter le "E" de l'égalité femmes-hommes et le "E" de la féminisation pour interpeller, questionner, et qu'il y ait une prise de conscience. Car l'actualité est cruelle en ce qui concerne l'égalité femmes-hommes, avec des féminicides en nombre", rappelle-t-il.

Un "symbole"

Maire de la ville depuis 21 ans, et réélu au premier tour en 2020, il concède avoir voulu "faire un peu un coup" pour faire avancer cette cause.

"Je fais du concret régulièrement mais personne n'en parle donc là j'ai fait dans le symbole", explique-t-il, rappelant la mise en place d'un café associatif dans un quartier populaire pour que les femmes puissent s'y retrouver, ou encore l'accueil, le relogement et l'accompagnement professionnel de réfugiées afghanes.

La mesure est donc purement symbolique: il n'y aura pas de nouveaux panneaux d'entrée de ville, ni de modification dans les courriers officiels, comme nous l'ont assuré les services de la ville.

Elle est en revanche accompagnée de diverses initiatives tout au long de l'année dans la ville, comme des expositions ou encore la centralisation de dispositifs de lutte contre les violences faites aux femmes. "Il y a un travail, un combat de tous les instants à mener, et il doit être quotidien", insiste le maire.

https://twitter.com/jamesabbott1 James Abbott Journaliste RMC