RMC

Législatives: Cédric Villani perd son pari pour 19 voix

Après avoir quitté En Marche pour l’écologie et la Nupes, Cédric Villani a échoué aux élections législatives ce dimanche dans la 5e circonscription de l’Essonne. Le mathématicien a été battu par le candidat d’Ensemble, Paul Midy.

L’Assemblée, c’est fini pour Cédric Villani. Le célèbre mathématicien, lauréat de la prestigieuse médaille Fields, avait été élu député de l’Essonne en 2017 sous les couleurs de La République en marche. Mais il n’a pas réussi à conserver son mandat ce dimanche, au second tour des élections législatives. Exclu de LREM en 2020 à cause de sa dissidence aux élections municipales à Paris, devenu porte-parole de Génération écologiste en 2021, Cédric Villani s’est cette fois présenté pour la Nupes dans la 5e circonscription de l’Essonne, cinq ans après sa victoire. Mais il a été battu par Paul Midy, le candidat d’Ensemble. Une très courte défaite pour le mathématicien, devancé de 19 voix seulement (50,03% contre 49,97%).

Une douzaine d’heures après le verdict des urnes, Cédric Villani n’avait pas encore réagi publiquement. Avant le second tour, il repoussait toute idée d’opportunisme. "Au vu de la sociologie globale de la circonscription, si l'enjeu était simplement de me faire réélire, l'étiquette En Marche m'aurait été beaucoup plus favorable! Là, au contraire, c'est assumer mes convictions", expliquait-il au micro de RMC.

Un député passé par Polytechnique, les jeunes de l’UMP et McKinsey

Paul Midy, le vainqueur dans cette 5e circonscription de l’Essonne, est un polytechnicien de 39 ans. Militant des "Jeunes Pop'" - la section jeunes de l'UMP - sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, cet "entrepreneur" a fait carrière dans le privé à la sortie de la prestigieuse école Polytechnique. Employé du cabinet de conseil McKinsey entre 2007 et 2014, le natif de Seine-et-Marne a ensuite officié au sein de l'entreprise de commerce en ligne Jumia, tournée vers le marché africain, puis été directeur général de la start-up Frichti.

Partisan d'Emmanuel Macron, Paul Midy a intégré en 2019 l'appareil du parti présidentiel LREM. Il en a été le directeur adjoint avant d'être promu directeur général en 2020.

LP