RMC

Législatives: comment Noé Petit, le plus jeune candidat de France, tente de convaincre

A 18 ans, Noé Petit défend le programme de la Nupes pour les élections législatives et brigue un siège à l'Assemblée nationale dans la 3e circonscription du Loir-et-Cher.

Noé Petit a 18 ans. Et il est le plus jeune candidat de France aux élections législatives. Il se présente dans la troisième circonscription du Loir-et-Cher et porte les couleurs de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes). Un jeune homme très occupé avant le premier tour de dimanche. En effet, non seulement il fait campagne... mais il passe aussi le baccalauréat en même temps.

Petites baskets, costume sur mesure et cheveux en bataille, cet écolo convaincu doit parfois redoubler d'efforts pour gagner la confiance des électeurs, par exemple dans le village de Saint-Amand-Longpré, dans le Loir-et-Cher.

"J'ai 18 ans mais je suis militant depuis cinq ans et le doyen de mon équipe a 94 ans", justifie-t-il à une habitante au moment du traditionnel porte-à-porte.

Mais pour lui, son jeune âge est une force. "De l'énergie, on en a comme pas possible", assure-t-il. De l'énergie et surtout des convictions pour son combat depuis cinq ans: l'urgence écologique, face à ce qu'il appelle l'ancien monde politique.

"Eux, ils sont là ils serrent des mains, lancent des sourires, disent qu'il faut être politiquement correct. Mais non. Je suis désolé. Il y a une urgence vitale d'agir. On a trois ans pour inverser la tendance des émissions de gaz à effet de serre. Je leur dit clairement, ils ont fait n'importe quoi et je ne vais pas faire du politiquement correct."

"Je pense que je suis plus capable aujourd'hui à 49 ans de comprendre la complexité du monde que je ne l'étais à 18 ou 20 ans"

Le député sortant Les Républicains, Pascal Brindeau, fait lui campagne plus calmement dans les mairies face à ce jeune candidat qu'il a du mal à prendre au sérieux. Au delà de son âge, ce qui le dérange surtout chez son adversaire Noé Petit, c'est son obsession pour l'écologie.

"Je ne pense pas que ce soit la priorité effectivement car il faut donner de l'emploi aux gens et en même temps qu'on puisse s'intéresser à la cause écologique, qui est une cause juste. Mais qu'on le fasse d'un façon incitative et pas punitive comme il le souhaite."

Du côté du candidat pour la majorité présidentielle Ensemble, Christophe Marion estime que l'écologie n'est pas réservée qu'aux jeunes.

"Ce sont des choses qui parlent à tous les âges. Une partie de la jeunesse qui demande plus de sobriété, elle a raison, mais ça ne peut pas être la seule réponse qu'on apporte. Le monde est complexe, je pense que je suis plus capable aujourd'hui à 49 ans de comprendre la complexité du monde que je ne l'étais à 18 ou 20 ans. Mais je parle de moi, pas des autres".

L'âge de Noé Petit peut en tout cas séduire certains électeurs. C'est le cas d'Anthonin, 18 ans, qui travaille dans le bâtiment. "C'est vachement cool d'avoir des jeunes comme ça". Mais il votera pour la candidate du Rassemblement national, Marine Bardet.

"L'écologie, ça passe plutôt en 2e, après le travail. Je trouve qu'il y a un peu trop de chômeurs à mon goût. Mon père a une boîte de plomberie-chauffagerie et ne trouve personne. Il y a beaucoup de boulot proposé mais pas assez de main d'oeuvre".

La jeunesse, il va falloir la convaincre. Au second tour de l'election présidentielle, le taux d'abstention chez les jeunes de 18 à 24 ans était de 41%.

Les candidats de la 3e circonscription du Loir-et-Cher

Pascal Brindeau (UDI-LR), Christophe Marion (Ensemble-LREM), Marine Bardet (RN), Noé Petit (NUPES), Amélie Buellet (Parti animaliste), Sabrina Huet (Reconquête), Claude Lamy (Divers extrême gauche), Eric Doumas (Divers droite), Isabelle Rabrault (Divers souverainiste), Dahbia Kermad (Divers centre)

Romain Poisot (édité par J.A.)