RMC

Législatives: dans les Pyrénées-Atlantiques, un Lassalle peut en cacher un autre

Après 20 ans comme député de la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle passe le relais. Le double candidat à la présidentielle laisse la place à son frère Julien, bien moins connu mais tout aussi déterminé.

Lorsqu’il sort de sa 206 grise, un peu cabossée, le visage est familier, l’accent l’est tout autant. Et pour cause, Julien Lassalle n’est autre que le petit frère de Jean Lassalle, qui doit être opéré du cœur. Berger, jusqu’ici étranger à la politique, le voici à son tour en pleine campagne des législatives. Commune après commune, cahier de brouillon à la main, le néophyte écoute et tente de convaincre. "Je suis sûr d'avoir envie de porter les évidences de ce territoire", assure-t-il à RMC.

La 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques où se présente Julien Lassalle est l’une des plus grandes de France avec 219 communes. Le nom Lassalle y résonne déjà depuis 20 ans, depuis que Jean Lassalle en a été l'élu sans discontinuer. Mais s’il en a le nom, Julien Lassalle n’a pas la notoriété ni la gouaille de son frère. Et certains, dans le village, s’interrogent sur sa candidature. "Les villageois connaissent Jean Lassalle mais Julien, à part les agriculteurs, ça va être très difficile", assure un électeur.

En plus du patronyme, Julien Lassalle doit aussi porter le bilan de son aîné à l’Assemblée nationale. Bilan qui selon l'opposant régionaliste Egoitz Urrutikoetxea laisse à désirer: "Il a fait beaucoup de figuration, notamment avec les votes sur les pesticides et les nécotinoïdes, il a voté pour. Ça met en évidence un mépris qui nous inquiète", assure-t-il.

La quatrième circonscription des Pyrénées-Atlantique, l'une des plus grandes de France
La quatrième circonscription des Pyrénées-Atlantique, l'une des plus grandes de France © Marcel Roblin

En cas d'élection, Julien Lassalle sera confronté à un problème de tenue

Et puis encore faut-il pouvoir agir une fois élu, assure Annick Trounday, la candidate LREM dans la circonscription. "Cette ruralité, pour qu'elle soit dynamique et en vie, il faut aussi pouvoir porter cette parole haut et fort. Je pense que l'on a plus de chance de faire aboutir nos projets quand ils sont portés par la majorité présidentielle", anticipe-t-elle.

Iñaki Echaniz, candidat Nupes, connaît bien Julien Lassalle pour avoir fait les 400 coups avec son fils à l’internat. Mais il l’affronte aujourd’hui sur le terrain politique car après 20 ans de mandat de Jean Lassalle, rien n'a changé. Alors ce n'est pas, selon le candidat, son frère qui fera avancer les dossiers: "Ici à Oloron-Sainte-Marie, on a une problématique qui touche l'hôpital et les urgences. On ne peut pas accepter qu'ici dans une circonscription rurale, on puisse se retrouver avec un service d'urgence qui fait défaut parce que c'est mettre la vie des gens en danger".

Julien Lassalle, en tout cas, l’assure: il a les épaules pour être député. Encore faudra-t-il les couvrir à l’Assemblée car, d’après sa femme, il n’a plus acheté de costume depuis leur mariage.

Les candidats de la 4e criconscription des Pyrénées-Atlantiques

Egoitz Urrutikoetxea - Euskal Herria Bai (régionaliste)
Julien Lassalle - Résistons
Iñaki Echaniz -Nupes
Valérie Bouchard - Mouvement hommes animaux nature
Annick Trounday - LREM
Paul Darnet - Parti animaliste
Margaux Taillefer - Reconquête
Sylviane Lopez - RN
Carlos Ribeiro - Lutte ouvrière

Alfred Aurenche et Romain Houg