RMC

Législatives: quelle stratégie pour Eric Zemmour et son parti Reconquête?

La décision d'Eric Zemmour concernant les élections législatives est imminente. Il a donné quelques indices à l'occasion de sa toute première interview depuis l'élection présidentielle.

Eric Zemmour a donné lundi sur BFMTV sa première interview depuis le premier tour, l’occasion d’en savoir un peu plus sur son avenir. On attendait qu’il dise si oui ou non il serait candidat aux législatives. Pas de réponse tranchée, mais Eric Zemmour donne des indices, il se dit "tenté".

Sa décision est imminente. Ce que l’on peut vous dire, c’est que, hors-micro, à la manière d’un sportif, il a des fourmis dans les jambes. Il laisse entendre que "s’il s’écoutait, égoïstement, oui, il irait". Mais s’il hésite encore, c’est parce qu’il veut savoir où il sera le plus utile: à l’Assemblée ou à la tête du parti? S'il est candidat, il lorgne en tout cas sur le Var ou encore une circonscription à Paris.

Ce qui est sûr, c’est qu’il ne compte pas lâcher son mouvement. Il veut faire de Reconquête un "parti de formation", pour la jeune génération. Son entourage explique qu’il souhaite faire une "école des cadres" qui serait chapeautée par Marion Maréchal qui a elle-même créé une école à Lyon en 2018. L’idée, ce serait d’organiser des conférences pour former des militants, des futurs élus. Eric Zemmour confie qu’il pourrait lui-même intervenir un peu façon master class.

Pas de raz-de-marée de députés Reconquête

Reconquête a quand même vocation à être un parti d’élus et lundi, il a d’ailleurs tenté un nouvel appel du pied à Marine Le Pen. Autant vous dire que c’est raté. Un proche de Marine Le Pen nous répond du tac-au-tac "ça va deux minutes ce cinéma"… Un autre aurait préféré le voir "dépenser son énergie au nom de l’union pendant ces 8 mois de campagne".

On ne se dirige pas a priori vers un raz-de-marée de députés Reconquête à l’Assemblée, mais le parti d’Eric Zemmour a reçu précisément 1.382 candidatures d’investiture aux législatives. 1.382 pour théoriquement 577 places. A titre de comparaison, en 2017, La République en marche avait reçu 19.000 dossiers de candidatures pour obtenir l’investiture.

Hélène Terzian