RMC

Législatives: ces 4 soutiens d'Eric Zemmour que Marine Le Pen voudrait faire élire

La candidate RN à la présidentielle française Marine Le Pen (g) et son adversaire Reconquête! Eric Zemmour devant 400 entrepreneurs à Paris, le 21 février 2022

La candidate RN à la présidentielle française Marine Le Pen (g) et son adversaire Reconquête! Eric Zemmour devant 400 entrepreneurs à Paris, le 21 février 2022 - Eric PIERMONT © 2019 AFP

INDISCRETION RMC - S'il n'y a aucun accord d'appareil en vue entre le Rassemblement national et le parti d'Eric Zemmour pour les élections législatives, des accords au cas par cas pourraient être trouvés.

Les cadres du RN ont été très clairs. Ils refusent tout accord d’appareil en vue des élections législatives. Hors de question, donc, de s’allier avec Reconquête, malgré la main tendue d’Eric Zemmour le soir du second tour, qui plaide pour l’union d’un "bloc national".

Pas d’alliance de parti, donc, mais des discussions, au cas par cas, sont enclenchées, pour favoriser l’élection d’un candidat du parti d’Eric Zemmour. Dans ce cas, le RN ne présenterait pas de concurrent en face. Selon nos informations, au moins 4 membres de Reconquête auraient les faveurs du Rassemblement National. Il s’agirait de Guillaume Peltier, ex-numéro 2 des LR et député du Loir-et-Cher. Il pourrait se re-présenter dans la même circonscription, cette fois sous l’étiquette Reconquête dont il est vice-président, sans candidat RN face à lui.

Objectif minimum pour le RN: un groupe à l'assemblée

Autre personnalité qui a le vent en poupe dans le camp de Marine Le Pen: Stanislas Rigault, président de Génération Z, mouvement des jeunes avec Zemmour. A 22 ans, celui qui est également porte-parole de Reconquête est considéré comme "brillant", par un cadre de la campagne de Marine Le Pen. "On n’a rien à lui reprocher", abonde un autre.

Denis Cieslik, qui était responsable des parrainages chez Reconquête également porte-parole est lui aussi dans les petits papiers du RN, sans que l’on sache pour le moment dans quelle circonscription il souhaite se présenter.

Parmi les zemmouriens avec qui des discussions sont enclenchées, Sébastien Pilard, ancien membre du bureau politique des Républicains, passé chez Zemmour pendant la campagne. Aujourd’hui porte-parole de Reconquête, il pourrait briguer une circonscription "gagnable".

Dès le soir de sa défaite, Marine Le Pen a lancé la bataille des législatives. L'objectif est de constituer au minimum un groupe RN à l’Assemblée nationale, soit 15 députés. Aujourd’hui, 8 députés RN (dont un apparenté), siègent au Palais Bourbon.

Hélène Terzian (édité par J.A.)