RMC

Mégabassine de Sainte-Soline: nouveau terrain de bataille pour le gouvernement et l'opposition

Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, a pris la parole dimanche pour dénoncer la manifestation contre le projet de mégabassine à Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres. Il en a profité pour s'en prendre à plusieurs élus de gauche, dont Jean-Luc Mélenchon.

Encore 2.000 personnes étaient présentes ce dimanche à Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres, pour s'opposer à l'installation d'une "mégabassine". Une canalisation censée alimenter la future réserve du projet a été sectionnée par les opposants, qui dénoncent un projet aberrant sur le plan écologique. Une manifestation, qui devient un affrontement politique.

Si le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a écourté son week-end en circonscription pour suivre la manifestation depuis son ministère, c'est aussi pour prendre la parole, cibler la gauche et notamment le leader des insoumis.

“Je regrette que monsieur Mélenchon soit manifestement du côté des professionnels du désordre. Cette manifestation n’est pas pacifique et répond à une forme d’écoterrorisme”, a-t-il indiqué.

Des mots forts qui font bondir Eric Coquerel, député de La France insoumise. “Ce n’est pas une manifestation faite pour terroriser la population, ce n’est pas une manifestation à l’image de ce qu’on a connu au Bataclan. Monsieur Darmanin nous a toujours habitués à ce genre de déclarations très extrémistes et là, il continue de faire monter la tension”, dénonce-t-il.

Une manifestation interdite

Dans sa prise de parole, le ministre de l'Intérieur reproche également à des élus comme Sandrine Rousseau de s'être rendu à la manifestation pourtant interdite. Pour l'écologiste Sandra Regol, ils étaient pourtant à leur place.

“La place des politiques des élus de la République, c’est de faire évoluer la loi quand rien ne permet de la faire évoluer. L'obsession de Gérald Darmanin de taper sur les écologistes n’a aucune limite”, appuie-t-elle.

La gauche qui rend coup pour coup. Participant au rassemblement, l'ancien candidat à la présidentielle Philippe Poutou accuse lui le ministre de l'Intérieur de “Darmano-terrorisme”.

Cyprien Pézeril avec Guillaume Descours