RMC

"On s'assoit dessus": opposé à l'accord avec LFI, la colère du sénateur PS Hussein Bourgi

Le sénateur PS de l'Hérault Hussein Bourgi est particulièrement remonté contre l'accord trouvé entre les instances de son parti et La France insoumise pour les législatives. Il assure sur RMC qu'en l'état, cet accord "ne sera pas respecté" dans de nombreuses circonscriptions.

Le Parti socialiste et La France insoumise ont signé un accord mercredi en vue des élections législatives. Le PS rejoindra donc l'alliance NUPES menée par la formation de Jean-Luc Mélenchon si le conseil national du PS valide cet accord.

Un texte qui n'est donc pas encore adopté, mais déjà la dissidence s'organise. Dans le département de l'Hérault où aucun candidat PS ne serait investi, plusieurs cadres du parti préviennent: des socialistes se présenteront quoi qu'il arrive dans toutes les circonscriptions. Une dissidence clairement assumée par le sénateur Hussein Bourgi.

"L'accord tel qu'il est présenté aujourd'hui dans le département de l'Hérault nous nous asseyons dessus. Nous ne le respecterons pas. Et ce qui vaut pour l'Hérault vaut pour beaucoup de départements en France. Il y aura des dizaines et des dizaines de circonscriptions où cet accord ne sera pas respecté."

D'autant que dans beaucoup de circonscriptions, des candidats insoumis se retrouvent parachutés là où des socialistes avaient été investis parfois depuis des mois. Dans le Val-de-Marne, dans l'Ariège, le Nord ou encore à Paris. La 15e circonscription de la capitale notamment dans l'Est parisien, historiquement socialiste. Danielle Simmonet, proche de Jean-Luc Mélenchon doit y être investi à la place de Lamia El Aaraje, une proche d'Anne Hidalgo.

Pierrick Bonno (édité par J.A.)