RMC

Raquel Garrido agressée: "La violence ne vient pas de notre camp" assure Maud Bregeon

Porte-parole d’En Marche, Maud Bregeon dénonce "toutes les violences" qui marquent la campagne des législatives, ce vendredi dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story. Elle assure que son camp n’en est pas à l’origine.

Un jeune homme qui vient à la fenêtre de la voiture et met un coup de gaz à l’intérieur. Raquel Garrido, candidate Nupes aux législatives dans la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis, a été agressée ce jeudi. Elle accuse son rival, le député sortant Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI. "Alors que je circulais à Drancy avec une sono pour appeler au vote, deux militantes de Jean-Christophe Lagarde ont donné consigne à cet individu de gazer mon véhicule, écrit-elle sur Twitter en publiant une vidéo. Nous avons été pris en charge pour des soins. Nous portons plainte. Je continue ma campagne pour battre Lagarde dans les urnes."

"Ça va trop loin", a déploré Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise, en pointant certains membres de la majorité sortante: "La haine sectaire et les outrances verbales des amis de Castaner et Montchalin sont insupportables !". Dans cette circonscription de Seine-Saint-Denis, Nabil Ait Akkache, le candidat d’Ensemble, a été éliminé au premier tour (8%). Et selon Raquel Garrido, il a apporté son soutien à Jean-Christophe Lagarde.

"La violence, on l’a toujours combattue"

Dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story, Maud Bregeon dénonce les violences dans cette campagne électorale. En assurant que le camp de la majorité présidentielle n’en est pas à l’origine.

"Il y a de la violence en politique, explique la porte-parole d’En Marche. Jean-Michel Blanquer l’a subie aussi avant le premier tour, dans sa circonscription. Je condamne toutes les violences, sur un pied d’égalité. Ça ne vient pas de notre camp. C’est une forme de défiance, je crois, à l’égard du monde politique, qu’il faut essayer de comprendre, qu’il faut combattre. Je m’inscris complètement en faux par rapport à ce qui est dit (sur l’agression subie par Raquel Garrido). Il faut réfléchir à comment renouer un lien entre les citoyens et les responsables politiques. Mais il n’y a pas une violence qui vient de notre côté. Au contraire, on l’a toujours combattue."

LP