RMC
INFO RMC

Zineb El Rhazoui, Gabriel Attal... Les premières pistes du casting LREM pour les législatives

Zineb El Rhazoui (archives)

Zineb El Rhazoui (archives) - Joël SAGET / AFP

INDISCRETIONS RMC - La République en marche va commencer à officialiser à partir de ce jeudi ses candidats investis aux élections législatives. Une réunion exceptionnelle a été convoquée ce jeudi midi au siège du parti. Voici les pistes du camp de la majorité.

Alors que La République en marche et ses alliés de la majorité présidentielle (MoDem, Horizons, Agir, Territoires de Progrès...) s'apprête à publier, ce jeudi après-midi, leur première liste d'investitures de candidats pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochains, RMC a obtenu quelques indiscrétions sur les noms des candidats, qui pourraient être soutenus par Emmanuel Macron. Une réunion du bureau exécutif a été convoquée à la mi-journée pour régler les cas problématiques.

De nouvelles personnalités

La majorité présidentielle fait d'abord le choix de mettre en avant de nouveaux visages pour ces élections législatives. Le délégué général des "Jeunes Avec Macron" Ambroise Méjean porterait les couleurs de la majorité dans le Rhône (9ème circonscription - Villefranche sur Saône, aujourd'hui tenue par le député Les Républicains Bernard Perrut). Maud Bregeon, la porte-parole de LREM, sera, elle aussi, candidate dans les Hauts-de-Seine (13ème circonscription, Sceaux - aujourd'hui tenue par l'ex-marcheuse Frédérique Dumas). Le camp d'Emmanuel Macron pourrait également investir Benjamin Haddad, l'écrivain, spécialiste des questions internationales très présent sur les plateaux de télé dans cette période de crise Ukrainienne, dans une circonscription de l'ouest Parisien. Toujours dans l'ouest Parisien, Astrid Panosyan, co-fondatrice et trésorière nationale de La République En Marche devrait être investie. L'actuelle majorité pourrait également investir Amine El Khatmi, ex-PS, président du Printemps Républicain. Mais aussi Violette Spillebout (Nord), candidate malheureuse aux municipales à Lille et désormais conseillère municipale d'opposition.

Dissidences en vue

Emmanuel Macron et ses alliés misent aussi - sans surprise - sur des députés sortants devenus des figures de la majorité (Guerini, Houlié, Bergé, Castaner, Lescure, Mignola...) mais également sur Manuel Valls. Comme le révélait RMC cette semaine, l'ancien premier ministre va être investi dans la 5ème circonscription des Français de l'étranger (Espagne, Portugal, Andorre, Monaco), où le député sortant Stéphane Vojetta compte pourtant bien se représenter. L'essayiste Zineb El Rhazoui devrait elle aussi être investie cette fois dans la 9ème circonscription des Français de l'étranger (Maghreb), où elle pourrait également faire face à une dissidence.

Quels ministres candidats aux législatives?

Des visages bien connus, ceux de plusieurs ministres, vont se présenter sur la ligne de départ, lors de ces élections législatives : Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, a annoncé ce jeudi matin qu'il présentait sa candidature dans le Nord. Il devrait être imité par Elisabeth Borne, la ministre du Travail (Calvados), Clément Beaune, en charge des affaires Européennes (Paris), Amélie De Montchalin, la ministre de la fonction publique (Essonne), Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement (Hauts-de-Seine), Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'éducation nationale (Loiret, Montargis), Marc Fesneau, le ministre en charge des relations avec le Parlement (Loir-et-Cher), Agnès Pannier-Runacher, ministre en charge de l'industrie (Pas de Calais), Emmanuelle Wargon, la ministre du logement (Val de Marne), Olivier Dussopt, en charge du budget (Ardèche). Idem pour les ministres et secrétaires d'Etat Olivia Grégoire (Paris) et Brigitte Bourguignon (Pas-de-Calais), qui en cas de réélection pourraient briguer un poste à responsabilité au Palais Bourbon.

Mais pas Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, qui a d'ores et déjà fait savoir qu'il ne se présenterait pas. Tout comme Eric Dupond-Moretti, le ministre de la justice pourtant pressenti dans le Nord. Ni Marlène Schiappa, la ministre en charge de la Citoyenneté.

Les ministres Adrien Taquet (petite enfance), Cédric O (numérique) et Jean-Baptiste Djebarri (Transports) ont eux annoncé qu'ils quittaient la vie politique.

Des collaborateurs investis

Des conseillers - réputés très proches d'Emmanuel Macron - s'apprêtent aussi à défendre les couleurs de la majorité présidentielle : le député sortant Thierry Solère, mis en examen dans de multiples affaires (Hauts-de-Seine) ou encore David Amiel (13ème circonscription de Paris), l'une des têtes pensantes du programme présidentiel du chef de l'Etat.

Le camp d'Emmanuel Macron devrait enfin faire le choix de ne pas investir de candidats contre des députés Les Républicains, prêts à travailler avec sa future majorité à l'Assemblée Nationale : Damien Abad (Ain), Guillaume Larrivé (Yonne) ou encore Constance Le Grip (Hauts-de-Seine).

MISE À JOUR - 19h17 : Face à de fortes pressions internes et locales et à une menace de dissidence, la neuvième circonscription des Français de l’étranger pourrait ne plus être attribuée à Zineb El Rhazoui.

Paul Barcelonne, Jérémy Trottin (édité par J.A.)