RMC

GM&S: "On n’a que des investisseurs, ils sont là pour l’argent"

Les 277 salariés de GM&S doivent être fixés sur leur sort ce lundi à 15h, si le tribunal de commerce de Poitiers ne repousse pas sa décision.

GM&S, placé en décembre en redressement judiciaire, son 3e en huit ans, a été placé en liquidation le 30 juin dernier. Le tribunal de commerce de Poitiers a prolongé l'activité jusqu'à ce lundi.

Derrière les salariés de GM&S, c'est toute une ville, La Souterraine, 5.800 habitants, qui tremble pour son économie. Dans la Creuse, l'usine est le 2e employeur privé. Localement, le chiffre d'affaire des commerçants pourrait baisser de 30%.

Dans l’épicerie héritée de ses parents, Yvette sert le Saint-Nectaire à la coupe comme elle le fait depuis 35 ans. Et à l’évocation de GM&S, elle lâche un «c’est bien triste». Elle se souvient de l’usine Vêt’ Sout’, fermée en deux jours dans les années 90. Un nouveau traumatisme pour sa petite ville: "Les voitures passent et ne s’arrêtent plus. Depuis 4-5 mois, le centre-ville est vide". 

"La preuve de l’incapacité de l’Etat et du politique à peser sur le champs économique"

Au bar du marché, le patron Michel soutient activement les salariés de GM&S – "pour le bien-être de toute la ville", dit-il. "Les 280 employés c’est un fait. Mais faut voir les familles, les enfants qui vont à l’école … On n’a plus des industriels qui dirigent les entreprises. On n’a que des investisseurs. Ils sont là pour l’argent, pas pour le travail!".

800 emplois indirects sont menacés. Une catastrophe, selon Etienne Lejeune. Le président de la communauté de communes ne sait plus comment lutter. "Moi j’ai peur que ce soit la preuve de l’incapacité de l’Etat et du politique à peser sur le champs économique. C’est quelque chose de très inquiétant pour les années à venir".

La Souterraine avait réussi ces dernières années à attirer de nouveaux habitants… Mais les licenciements risquent d’anéantir cette petite victoire démographique.

Adeline Percept (avec A.M.)