RMC

Hôtellerie-restauration: le chef étoilé Thierry Marx élu à la présidence du syndicat patronal Umih

Le chef étoilé Thierry Marx est le nouveau président du principal syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration, l'Umih. Il entend désormais être davantage "force de proposition que d'opposition".

Le médiatique chef étoilé Thierry Marx, à la tête du "Sur Mesure", le restaurant du palace parisien le Mandarin Oriental, a été élu jeudi président du principal syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration, l'Umih.

Il l'a emporté au second tour avec 71,66% des voix, précise un communiqué de l'organisation, face au restaurateur Stéphane Manigold, rendu célèbre pendant la crise sanitaire, par sa victoire médiatisée face à l'assureur Axa qui refusait d'indemniser les restaurateurs pour les périodes de confinement.

Connu du grand public pour son rôle de juré sévère mais bienveillant dans l'émission culinaire "Topchef", soucieux depuis vingt ans, de l'impact social et environnemental de ses activités, Thierry Marx a été "très applaudi, à l'annonce" de cette victoire nette, précise un communiqué de l'Umih, envoyé dans la foulée

"Il souhaite s'inscrire dans un esprit de rassemblement et d'efficacité au service des adhérents" de l'organisation "et, plus largement de toute la profession", poursuit ce texte.

Être davantage "force de proposition que d'opposition"

Il s'est allié à Eric Abihssira, président de la Fédération de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme (FHRT) de Nice Côte d'Azur, gérant du restaurant Côte Lounge à Nice, et à la tête de l'hôtel 4 étoiles "Best Western Plus Nice Cosy", qui devient vice-président de l'Umih.

"J'ai construit un programme d'artisan en trois points, pas plus, pour aller vers un syndicat professionnel qui soit davantage force de proposition que d'opposition, notamment sur l'impact social et environnemental, l'attractivité et la formation des personnels", disait à l'AFP Thierry Marx mardi.

Une industrie qui représente 7% du PIB et emploie 1,3 million de personnes est "en devoir d'améliorer le traitement de ses salariés", avec une meilleure mutuelle santé notamment, estimait-il.

Aux manettes de la brasserie de la tour Eiffel

Un engagement de plus pour un chef qui emploie 20% de personnes en insertion, s'efforce de réduire l'impact carbone (livraison, gestion optimisée des déchets, de l'eau, l'énergie...) de ses assiettes et prône le label du "bien manger" Bleu-Blanc-Coeur, et transmet son savoir dans ses écoles "Cuisine mode d'emploi(s)".

Cet ancien militaire, ceinture noire de karaté à la voix douce, qui n'oublie pas son enfance dans le quartier populaire de Ménilmontant dans l'Est parisien, a appris le métier de pâtissier avec les Compagnons du Devoir avant de se former dans des restaurants de renommée internationale tels Ledoyen, Taillevent ou Robuchon.

Grand voyageur, fin connaisseur de l'art de vivre nippon et de sa gastronomie, Thierry Marx propose une cuisine aux saveurs avant-gardistes au Sur Mesure, deux étoiles au Guide Michelin. Il fut l'un des chefs de file de la cuisine moléculaire, et a repris en juin les cuisines de la brasserie de la tour Eiffel.

G.D. avec AFP