RMC

"Bien manger, ça a un coût": le chef Thierry Marx veut "surtaxer" les produits "ultra-transformés"

Malgré l'inflation, le chef étoilé Thierry Marx rejette l'éventuel retour des "supers promos" dans la grande distribution et plaide pour remettre l'alimentation au centre de l'éducation, pour permettre aux plus jeunes de mieux manger.

Face à l'inflation, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire voulait autoriser les distributeurs à pratiquer de "supers promos", en mettant en vente des produits bradés jusqu'à 50%. Mais les agriculteurs ont dit non et le projet a été retoqué. "Bien manger, ça a un coût et il ne faut pas faire de l'alimentation une variable d'ajustement, explique le chef Thierry Marx ce lundi sur RMC. On écrase les marges des agriculteurs en laissant croire que cela va améliorer la consommation du citoyen. C'est faux !"

"Le drame aujourd'hui, c'est qu'il y a une alimentation à deux vitesses. Il y a ceux qui peuvent se nourrir avec des circuits-courts et mettre de l'argent pour bien manger et ceux qui subissent le fait de s'alimenter et les dégâts que cela fait sur la santé", ajoute le chef étoilé.

"Il faut un produit sain pour tout le monde"

Des produits vendus dans le commerce sont dangereux pour la santé, notamment du jambon premier prix dont la teneur en nitrites serait responsable de plusieurs décès chaque année en France. L’Agence nationale de sécurité des aliments (Anses) reconnaît "l'existence d’une association entre le risque de cancer colorectal et l’exposition aux nitrites et aux nitrates".

Dans les étals, on retrouve donc deux gammes, une avec nitrites peu chère et une autre sans nitrite sur laquelle les industriels gonflent les prix. C'est ce que dénonce Thierry Marx: "Il faut un produit sain pour tout le monde. Cette alimentation ultra-transformée, qui n'est pas bonne pour la santé, il faut la surtaxer pour avoir des moyens pour remettre la cuisine au centre du sujet".

Agir sur l'éducation et anticiper les menus de la semaine

Pour remédier aux mauvaises habitudes, le chef plaide pour une éducation renforcée. "Il faut remettre des cours de cuisine. Ainsi, dans dix ans, nous aurons des mangeurs et plus des consommateurs. La pédagogie permettra de revenir aux fondamentaux et c'est important car l'obésité explose, comme de nombreuses maladies modernes, cancers et diabètes. Tout ça est lié à notre consommation", assure le cuisinier.

"La partie pédagogique est essentielle. Il faut donner envie aux enfants l'envie de bien manger, d'être concerné par ce qu'ils mangent en leur donnant des cours de restauration quand ils sont jeunes", ajoute Thierry Marx.

Mais comment bien manger en période de hausse générale des prix? "Il faut replanifier son alimentation, il faut penser à une semaine, il faut penser végétal et cuisiner". "Il y a une discipline par l'argent", reconnaît-il. "Il faut se remettre à cuisiner, c'est le seul moyen de protéger sa santé, moins manger des produits industriels. Il faut un plan Marshall sur 15 ans", martèle le chef étoilé.

G.D.