RMC

"Il faut peu de choses pour que le feu parte": des incendies craints dans des régions peu habituées

Un incendie s'est déclaré dans la région de Rennes il y a trois semaines, détruisant 25 hectares de forêts. Une situation qui inquiète, car la sécheresse en France dure depuis déjà des semaines alors que l'été n'est même pas encore arrivé.

L'inquiétude des pompiers grandit à l'approche de l'été. 33 départements sont en état de vigilance sécheresse en ce début de mois de juin. Une sécheresse précoce qui augmente les risques d’incendies. Le département du Var a même décidé mercredi et jeudi de fermer tous ses massifs forestiers. Une alerte inédite à cette époque de l'année.

Si les départements du sud-est de la France sont touchés, la moitié nord du pays n'est pas épargnée par le manque de pluie. Un incendie s'est déclaré il y a trois semaines, en forêt de Rennes. 25 hectares sont partis en fumée. L'Ile-et-Vilaine n'avait pas connu un tel feu de forêt depuis la canicule de 2003.

“C’est vraiment considérable. On a beaucoup de fougères qui sont sèches et on n’a pas de pluie. Ce sous-bois était très inflammable et il faut peu de choses pour que le feu parte”, explique Franck Muratet, responsable départemental de l'ONF.

Moins de renforts pour les autres départements

Comme l'Ile-et-Vilaine, d'autres départements peu habitués aux incendies y sont aujourd'hui confrontés. C'est le cas de la Saône-et-Loire, où le Colonel Frédéric Pignaud doit dorénavant faire des missions de prévention.

“L’imprudence peut avoir des conséquences considérables. En 2020, on a des feux qui ont parcouru plus de 50 hectares dans notre département donc des surfaces qu’on ne voyait pas auparavant”, assure-t-il.

Et si les pompiers sont occupés dans leur département, ils ne pourront plus venir en renfort dans le sud. C'est ce qui inquiète Eric Brocardi, porte-parole de la fédération nationale des sapeurs-pompiers.

“Cette image d’Epinal qu’on avait autrefois avec ces colonnes de camions de sapeurs-pompiers qui descendaient du nord vers le sud, aujourd’hui ça peut nous inquiéter parce que c’est désormais l’ensemble du territoire national qui est pleinement touché par ces risques de feux de forêts dus à cette sécheresse”, décrypte-t-il. Il est urgent, selon lui, de former.

Marie Regnier avec Guillaume Descours