RMC

"L'objectif, c'est zéro métro, zéro RER": la grève à la RATP va fortement perturber le trafic jeudi

L'ensemble des syndicats de la RATP (CGT, FO, Unsa, la Base, Solidaires) appelle à la grève à la veille de ce week-end prolongé, pour demander des hausses de salaires, une amélioration des conditions de travail et des recrutements.

Un jeudi noir en perspective dans les transports parisiens. La RATP prévoit un trafic très perturbé dans le métro, mais aussi sur les lignes A et B du RER, les bus et les tramways. Elle appelle les usagers à privilégier le télétravail ou à différer leurs déplacements.

L'ensemble des syndicats de la RATP a appelé à la grève pour demander des hausses de salaires, une amélioration des conditions de travail et des recrutements.

Entre le RER et le métro, Estelle passe tous les jours presque deux heures dans les transports parisiens. Alors la perspective de cette grève la fait rire jaune.

“Génial, super… On verra bien. Ce sont eux qui nous conduisent donc qu’est-ce qu’on peut y faire? On ne peut pas leur mettre le couteau sous la gorge et leur dire ‘conduis-moi au travail !’ C’est un peu irritant quand même parce qu’on peut comprendre leurs revendications, mais bon être un dommage collatéral, ce n'est pas le meilleur non plus”, indique-t-elle.

Tous les usagers, ou presque, vont donc devoir s'adapter ce jeudi. “Je vais essayer de faire du télétravail”, “si je suis en retard, tant pis”, “il faudra sûrement se lever beaucoup plus tôt que d’habitude, ça va être la galère”, indiquent certains au micro de RMC.

Un syndicaliste promet "un bordel monstre"

Mais Margaux, elle, soutient quand même les grévistes.

“C’est pour les salaires. A un moment donné, je pense qu’il faut savoir se battre. C’est embêtant pour nous, mais c’est le but d’une grève”, souligne-t-elle.

Et cette grève devrait être très embêtante. Arole Lamasse, le secrétaire général du syndicat Unsa RATP promet même “un bordel monstre, que nous regrettons”. “Nous avons l'objectif de zéro métro et zéro RER qui sera presque atteint”, assure-t-il.

Ce sera donc forcément, d'après lui, beaucoup plus compliqué que la dernière grève massive, en février dernier, où seules deux lignes de métro fonctionnaient normalement.

Guillaume Descours Journaliste RMC