RMC

Nantes: le prix du stationnement va varier en fonction des revenus à partir de 2023

Les réductions pour les moins aisés iront de 30 à 50% (illustration).

Les réductions pour les moins aisés iront de 30 à 50% (illustration). - Flickr - CC - Jonathan Hall

À compter du 1er avril 2023, la ville de Nantes va mettre en place un dispositif de stationnement particulier. Les riverains paieront plus ou moins cher leur stationnement en fonction de leurs revenus.

Une première en France qui ne manquera pas de faire réagir. À Nantes (Loire-Atlantique), la municipalité a décidé d’adapter le prix du stationnement, en abonnement annuel, aux différents revenus des riverains.

Invité de l’émission Charles Matin sur RMC, Denis Talledec, conseiller municipal de Nantes en charge de la circulation et du stationnement, a tout d’abord rappelé que cette nouvelle mesure ne poussera pas à une “augmentation de la tarification de l’abonnement, qui n’a pas bougé depuis 2015”.

Néanmoins, “en fonction des revenus, les gens auront de 30 à 50% de réduction" sur le montant de leur abonnement annuel en fonction de leurs revenus salariaux.

"Actuellement l'abonnement plein est de 180 € à l'année. Par exemple, pour une personne avec un revenu de 1 800€/mois, cela fera une réduction de 30 % et elle ne paiera plus que 126€ par an", détaille Denis Talledec.

Le stationnement visiteur sera aussi plus cher

Pour expliquer cette décision, Denis Talledec explique que sa municipalité répond à des enjeux d’abord “écologiques, il s’agit de décarboner l’atmosphère. Des enjeux aussi de santé, il y a 47.000 morts chaque année dues à la pollution aux particules fines”.

Sur cette question d’enjeu écologique, le conseiller municipal précise que “le stationnement est un levier pour inciter les gens à changer de mobilité”. Pour les résidents de la ville de Nantes détenteurs d’un véhicule, le but est donc de les faire payer leur stationnement beaucoup moins cher afin de les inciter à prendre les transports en commun dans un but de réduction d’émissions de CO2 et de particules fines.

Du côté des automobilistes ne résidant pas dans la commune nantaise, la politique sera, là, plus sévère. Denis Talledec avance que la ville de Nantes “incite les visiteurs à rester à l’extérieur en augmentant les tarifs pour leur stationnement. Cela au bénéfice des résidents pour qu’ils puissent trouver une place de stationnement plus proche de leur résidence”.

Autre sujet touchant aux compétences du conseiller municipal : les zones à faibles émissions (ZFE). Nantes fait partie de ces villes qui vont mettre en place, à compter du 1er janvier 2025, des restrictions de circulation pour les véhicules les plus polluants.

“On est en train de travailler aux différents critères au niveau de la mise en place de la ZFE. (...) Il s’agit d’accompagner le changement de pratique au bénéfice des transports en commun et des mobilités douces, pour inviter les gens à utiliser moins leur voiture”, estime Denis Talledec.

Selon le conseiller municipal de Nantes en charge de la circulation et du stationnement, “les délais sont très serrés” et les “choses doivent se mettre en place”, dit-il prudemment.

Alexis Lalemant