RMC

"1000 dollars par seconde" pour Pfizer BioNtech et Moderna: le vrai du faux sur les profits des laboratoires dans la lutte anti-Covid

Chaque seconde, Moderna, Pfizer et BioNtech engrangent respectivement 1000 dollars de profits grâce à leurs vaccins contre le Covid-19.

Environ 1000 dollars par seconde, 65000 dollars par minute, 34 milliards de dollars sur l’année, c’est le montant des profits qu’engrangent Pfizer, BioNtech et Moderna grâce à leurs vaccins contre le covid-19, selon une étude de la People’s Vaccine Alliance. La People’s Vaccine Alliance compte 80 associations membres, dont Oxfam, mouvement qui lutte dans le monde contre les inégalités et le capitalisme.

Le but de ce calcul est de dénoncer les profits forcément jugés indécents réalisés en vendant à prix d’or les vaccins aux pays riches et en abandonnant les pays pauvres à leur sort, alors que seulement 2% des personnes dans les pays à faible revenu ont été entièrement vaccinées contre le coronavirus.

>> A LIRE AUSSI - Les ventes de gel hydroalcoolique et de masques s'écroulent

Cette critique est-elle justifiée?

En partie, mais elle est très excessive. En partie parce que Pfizer, BioNTech et Moderna ont tous rejeté les appels à transférer la technologie des vaccins à des producteurs dans des pays à faible revenu par l’intermédiaire de l’OMS, et c’est vrai que la recherche a, au départ, profité de 8 milliards d’argent public.

Sauf que cette profitabilité est nécessaire pour attirer les investisseurs et développer des outils futurs, alors qu'il faut dix ans et 1,5 milliard d'euros pour sortir un nouveau médicament, avec une chance sur cent d'arriver au bout. Le vaccin Moderna par exemple, c’est le premier projet a qui aboutit sur 20 autres

L’argent public c’est une amorce, ça ne fait pas tout: c’est l’Etat américain qui a inventé internet, mais ce n’est pas l’Etat américain qui a ensuite inventé Google, Facebook ou Amazon. Une entreprise n’a pas de but philanthropique. Si l’on voulait financer l’achat de vaccin pour des pays pauvres, ce ne serait pas à ces entreprises de le faire et ça se ferait au détriment de notre santé future.

>> A LIRE AUSSI - Netflix, salle de sport, téléphone... comment gérer ses abonnements sans que ça coûte trop d'argent?

Emmanuel Lechypre