RMC

"Ce serait problématique": La France Insoumise dit "non" aux jauges dans ses meetings politiques

L'opposition rejette toute instauration de jauge lors des meetings politiques alors que la Constitution a empêché le gouvernement d'en imposer à ces occasions.

Bloqué par la Constitution, empêché de légiférer sur l’instauration de restrictions sanitaires dans les meetings politiques, le gouvernement en appelle au bon sens des candidats à la présidentielle. Après les annonces du retour des jauges, le président de l’Assemblée nationale et membre de la majorité Richard Ferrand a assuré que La République en Marche s’en tiendrait à la limite de 2.000 personnes en intérieur et de 5.000 personnes en extérieur.

Mais pour l’opposition, il n’en est pas question. Le Rassemblement national a d’ailleurs déjà prévu de réunir 3.000 personnes à Reims le 15 janvier prochain, à l'occasion du premier grand meeting de Marine Le Pen. Masques et gestes barrières sont attendus lors du rendez-vous.

"On peut réfléchir à des questions de densité"

Même discours du côté de La France insoumise. "Nous prenons des précautions depuis le début, on pense qu’il faut avoir un masque et respecter les gestes barrières dans un lieu fermé mais je pense qu’il serait problématique d’instaurer une jauge", assure ce mercredi sur RMC Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis. "Cependant on peut réfléchir à des questions de densité", concède l’élu évoquant également des "mesures liberticides généralisées à petit feu" par le gouvernement.

Le président de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon doit faire sa rentrée juste après Marine Le Pen. Il doit tenir un meeting le 16 janvier au parc-expo de La Beaujoire à Nantes (Loire-Atlantique).

Pour essayer de fixer des règles générales, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin doit réunir prochainement une commission, à laquelle toutes les formations politiques seront associées. Mais le chemin d'un accord semble déjà compliqué.

>> A LIRE AUSSI - Retour des jauges dans les grands rassemblements: pourquoi les meetings politiques ne sont pas concernés

Guillaume Dussourt