RMC

Comment la Mayenne a réussi à endiguer l'épidémie de Coronavirus

En Mayenne, le taux d'incidence a fortement baissé alors que le département était très sévèrement touché par une vague de Covid-19 il y a quelques semaines.

La Mayenne fait figure d'exemple dans la lutte contre la Covid-19. En juillet, le département était touché par de nombreux foyers de contamination. Pour enrailler la circulation du Coronavirus, plusieurs mesures ont été instaurées, mesures qui semblent porter leurs fruits alors que deux fois moins de cas positifs sont à déplorer en un peu plus d'un mois.

"La première chose à faire, ça a été d’identifier les lieux de contamination rapide et de tester rapidement dans ces endroits-là. Il y avait donc les abattoirs qui étaient les premiers lieux où l’on a donc testé en masse", explique au micro de RMC le docteur Luc Duquesnel, médecin généraliste dans le département. "Ensuite il y a eu le port du masque obligatoire et le respect des mesures de distanciation. Il vaut mieux vivre masqué que confiné, car c’était la peur de tout le monde", ajoute-t-il.

Des mesures classiques qui fonctionnent si elles sont respectées. Et c’est là visiblement que le département fait la différence. "Les habitants de Laval ont été exemplaires dans cette affaire. Je pense qu’à 97 ou 98% ils portent le masque. Il y a encore un peu de pédagogie à faire mais on y arrive", assure Bruno Berthier, le premier adjoint à la mairie de la préfecture de la Mayenne qui félicite les Lavallois pour leur civisme.

"Ce masque, on va devoir le porter pendant de longs mois"

Et la lutte contre l’épidémie de Coronavirus promet d’être longue : "Ce que nous avons compris c’est qu’il va falloir travailler sur du long terme. Ce masque, on va devoir le porter pendant de longs mois. Cela paye et l’on ne va pas relâcher les efforts, si l’on combat au maximum la maladie on sait qu’une vie normale peut reprendre derrière", prévient Bruno Berthier.

Car l’épidémie n’est pas qu’un lointain souvenir, le virus continuant de circuler dans le département : "Tout le monde a pris conscience que le virus est toujours là. On peut se retrouver dans la situation des mois de mars-avril à n’importe quel moment", tient à rappeler le docteur Duquesnel.

Selon l’Agence régionale de santé des Pays-de-la-Loire, le taux d'incidence continue de baisser en Mayenne: on recensait 23,9 nouveaux cas en une semaine pour 100.000 habitants, contre 150 pour 100.000 fin juillet.

Romain Cluzel avec Guillaume Dussourt