RMC

Covid: feu vert de la Haute autorité de santé à trois vaccins adaptés à Omicron

Vaccination contre le Covid (illustration)

Vaccination contre le Covid (illustration) - AFP

La Haute autorité de santé (HAS) donne son feu vert à trois vaccins anti-Covid adaptés à Omicron pour une nouvelle campagne de vaccination de rappel prévue à l'automne. Cette nouvelle dose de rappel sera préconisée aux personnes à risque de forme sévère, à leur entourage et aux soignants.

La Haute autorité de santé (HAS) donne son feu vert à trois vaccins anti-Covid adaptés au variant Omicron, pour une nouvelle campagne de vaccination de rappel prévue à l'automne, a-t-elle annoncé dans un communiqué, ce mardi 20 septembre 2022.

Cette nouvelle dose de rappel sera préconisée aux personnes à risque de forme sévère, à leur entourage et aux soignants. "Sur la base des données disponibles et dans un contexte épidémique marqué par la circulation majoritaire du sous-variant BA.5", la HAS recommande d'employer "de préférence" l'un de ces vaccins, tous à ARN messager.

Validés aussi par l'Agence européenne du médicament

La HAS recommande "indifféremment l'un des trois vaccins bivalents" validés récemment par l'Agence européenne du médicament. Deux ont été élaborés par Pfizer/BioNTech et le troisième par Moderna.

Cette recommandation s'entend quel que soit le vaccin anti-Covid initialement administré à la personne.

"À l'image des vaccins contre la grippe saisonnière, actualisés chaque année pour prendre en compte les virus qui sont le plus susceptible de circuler pendant l'hiver, les vaccins à ARNm bivalents ne sont pas des nouveaux vaccins mais des vaccins adaptés aux souches circulantes", souligne la HAS dans son communiqué.

Hausse des contaminations depuis quelques jours

"La HAS maintient sa recommandation de coupler la campagne de rappel vaccinal contre la Covid-19 à celle de vaccination contre la grippe, et rappelle que l’injection concomitante des deux vaccins est possible, si elle est réalisée sur deux sites d’injection distincts."

"Dans l'immédiat et parce que le nombre de cas d'infections est reparti à la hausse depuis quelques jours", cette autorité sanitaire recommande de ne pas différer la deuxième dose de rappel chez les plus de 60 ans et les moins de 60 ans à risque de forme sévère qui ne l'auraient pas reçue dans les délais conseillés.

AB avec AFP