RMC

Covid: la nouvelle vague poursuit sa hausse, les hospitalisations augmentent

Le pays fait face à une nouvelle vague de Covid-19, commencée début septembre. Selon le bilan hebdomadaire des autorités sanitaires en matière de contaminations et d'hospitalisations, la hausse se poursuit. L'obligation du port du masque dans les lieux clos n'est pas exclue.

La circulation du Covid-19 continue de progresser en cette rentrée avec une nouvelle vague, commencée début septembre. Les contaminations et les hospitalisations sont en hausse, selon le bilan hebdomadaire des autorités sanitaires.

Les données les plus récentes datent de jeudi, où 65.537 nouveaux cas ont été comptabilisés, contre 51.366 une semaine auparavant. Le nombre total de patients hospitalisés, à plus de 16.000, a retrouvé son niveau de la mi-août.

Après avoir connu plusieurs vagues depuis le début d'année, l'épidémie de Covid-19 était tombée à un niveau particulièrement bas fin août. Mais les contaminations ont ensuite rebondi, dans un contexte notamment marqué par la rentrée scolaire.

Le masque bientôt obligatoire?

Ce contexte a conduit le gouvernement à avancer à début octobre le début de la campagne de vaccination anti-Covid, destinée aux plus fragiles et initialement prévue pour accompagner celle contre la grippe à partir du milieu du mois.

Le masque va-t-il devenir, à nouveau, obligatoire dans les lieux clos? La mesure n'est pas exclue. Cela a été évoqué, cette semaine, par le Covars, l'organisme qui a succédé au Conseil scientifique, mais aussi par le ministre de la Santé. Il a, néanmoins, assuré mardi que pour l'heure, il faisait "confiance aux Français" pour prendre par eux-mêmes des mesures de protection.

Or, la proportion de Français portant le masque en public a chuté en septembre au plus bas niveau depuis le début de la crise sanitaire, d'après la nouvelle édition de l'enquête CoviPrev de Santé publique France sur l'évolution des comportements pendant l'épidémie.

"Depuis que le port du masque n'est plus obligatoire dans les lieux publics fermés", une majorité dit ne plus le porter ou le porter moins souvent, notamment dans les lieux publics fermés (76%, contre 58% en mai), au travail (70%, contre 57%), dans les transports en commun (61%, contre 23%).

AB avec AFP