RMC

Covid: les Français divisés sur l'éventuel retour du port obligatoire du masque dans les lieux clos

Les hospitalisations sont en hausse et près de 70.000 nouveaux cas ont été recensés jeudi: la 9e vague de Covid semble se confirmer, en France. Le gouvernement s'interroge actuellement sur le retour obligatoire du masque dans certains lieux clos, comme les transports. Même si certains y voient bien l'intérêt, le sujet divise chez les Français.

Le port du masque va-t-il redevenir obligatoire dans certains lieux clos ? D'après les informations de RMC, le gouvernement a saisi le Covars (comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires) pour se prononcer sur l'utilité d'une telle mesure.

En effet, le pays semble faire face au début d'une 9e vague de Covid. Jeudi, près de 70.000 nouveaux cas ont été recensés, c'est 37% de plus en une semaine. Les hospitalisations aussi sont en hausse: selon les derniers chiffres qui datent de samedi, il y avait sur les sept derniers jours 5.130 hospitalisations soit +3.7% en une semaine.

À l'approche des fêtes de fin d'année, pendant lesquelles de nombreuses familles vont se retrouver, notamment avec les personnes les plus fragiles, certains comprennent l'intérêt du retour du masque.

"C'est nécessaire pour qu'on passe de bonnes fêtes"

"Je pense que les gens ont oublié. S’il y a que ça pour faire comprendre aux gens qu’il faut porter le masque et que le Covid est toujours dangereux pour tout le monde, oui c’est nécessaire pour qu’on passe des bonnes fêtes", affirme une Francilienne.

La question du masque dans les transports se pose d'autant plus que tout le monde est "vraiment très serré", rappelle cette autre usagère. Elle ajoute: "On a les visages et les bouches des uns et des autres devant nous, donc ça serait peut-être bénéfique qu’il soit obligatoire."

Pour autant, il y a toujours ceux qui le refusent et qui pensent que cette mesure n'a pas lieu d'exister. "L’obligation ça n’est pas quelque chose qui me satisfait. C’est une atteinte à la liberté et en plus il n’est pas prouvé que c’est efficace", estime un Francilien.

François Braun croît en la bonne volonté des Français

Faux, d'après le Pr Yves Buisson, épidémiologiste: le masque est bel et bien un outil qui fonctionne. "On en détient la preuve. Depuis des dizaines d’années, il y a toujours eu une épidémie de grippe pendant l’hiver, sauf pendant celui de 2020-2021, pourquoi? Parce qu’on appliquait des mesures barrières et le port du masque obligatoire. Je pense que le jeu en vaut la chandelle", explique-t-il.

Pour l'heure, ce port du masque est uniquement fortement recommandé. Invité de C à Vous sur France 5, jeudi soir, le ministre de la Santé François Braun a dit être "pour que les Français assument cette responsabilité car ils ont compris qu’avec le masque, on se protégeait".

Lui "croît en la bonne volonté des Français" et rappelle "qu'il faut vacciner". En revanche, il ne s'interdit pas de rendre ce masque obligatoire, "en fonction de l'évolution".

Avant l'obligation, la prévention

Selon Philippe Amouyel, professeur de santé publique au Chu de Lille, ce qui est important c'est "de voir la balance bénéfices/risques". Le risque étant de porter le masque et "de fatiguer les gens". Les bénéfices, c'est "d'éviter que l’hôpital soit saturé, passer de bonnes fêtes de fin d’année et protéger les plus fragiles". Pour lui, il faut encourager les Français à le faire de façon volontaire, mais "si on y arrive pas, comme l'objectif est de protéger la population français, il faut remettre le port du masque obligatoire".

En attendant les conclusions du Covars, le gouvernement met l'accent sur la prévention et insiste sur l'importance des gestes barrières et la vaccination pour les personnes les plus vulnérables.

AB avec LB et BDG