RMC

Covid: l'infectiologue Xavier Lescure insiste sur le port du masque et défend le vaccin

Avec 40.000 nouveaux cas par jour et un taux de positivité des tests de 27%, la 9e vague de Covid commence à se sentir. Mardi, Elisabeth Borne a appelé les Français à remettre le masque dans les transports, afin d'éviter les transmissions. Une bonne recommandation selon Xavier Lescure, infectiologue à l'hôpital Bichat, invité d'"Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story. Pour lui, la France dispose de nombreux outils mais ils se sont pas suffisament utilisés.

L’hiver arrive et avec lui, les virus. La grippe, la bronchiolite et surtout, le grand retour du Covid. Il n'a jamais vraiment disparu, mais commence à reprendre un peu d’ampleur: la France vit l’amorce d’une 9e vague.

Concrètement, le taux d'incidence atteint les 450 cas pour 100.000 habitants et Élisabeth Borne a fait état, mardi, d'une hausse de "près de 10% des hospitalisations sur une semaine" et de 22% pour celles "en soins critiques". 400 personnes sont décédées des suites du Covid la semaine passée.

"Cette nouvelle vague nous le rappelle: le virus n'a pas disparu, l'épidémie frappe encore, tue encore", a-t-elle dit.

Recommandations autour du masque

Par conséquent, la Première ministre a appelé les Français à porter, à nouveau, le masque dans les transports et plus globalement dans les endroits clos sans ventilation.

Une recommandation opportune selon Xavier Lescure, infectiologue à l'hôpital Bichat, membre du Covars (Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires), invité d'"Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story.

"Imposer de nouveau le masque aurait un effet contre-productif et un ras-le-bol exprimé encore plus fort qu'aujourd’hui. Il vaut mieux tabler sur une forme de responsabilité individuelle et collective et une forme de solidarité avec les plus fragiles", estime-t-il.

Les personnes les plus fragiles, ce sont principalement les gens âgés et les personnes immunodéprimées, quel que soit leur âge.

"Une boîte à outils complète, mais pas les réflexes"

Le Covid n’est toujours pas sans conséquences. "Il y a encore une centaine de morts chaque jour du Covid", rappelle-t-il. Au-delà de la mort, "il y a des hospitalisations en réanimation", qui ont "un impact individuel mais aussi collectif", car l’hôpital est, aujourd’hui, en grande souffrance.

D’après lui, la France dispose d’une "boîte à outils complète, mais pas les réflexes". Il y a les masques, qui diminuent "le risque de transmission de 20%", mais il y a aussi "des traitements qui diminuent le risque de mortalité de 90%".

Il ajoute: "On a des vaccins qui protègent. Une dose avant un hiver va vous faire très significativement baisser le risque de mortalité et de séjour en réanimation, et il y a les tests qui sont très performants".

Le problème, c’est "la saturation, tout le monde en a ras-le-bol". "Pourtant, quand on regarde la trousse à outils, elle n’est pas si compliquée que ça à mettre en place", estime Xavier Lescure. Il appelle donc les plus fragiles à se faire vacciner. Et recommande aussi à ceux qui vont passer les fêtes de fin d’année avec des personnes âgées de se faire tester avant.

AB