RMC

Covid: selon Olivier Véran, le pic de la 5e vague "semble atteint"

Olivier Véran, le ministre de la Santé, a estimé ce mardi à l’Assemblée nationale que le pic épidémique de la 5e vague de Covid pourrait avoir été atteint.

Et maintenant, la décrue ? Le pic épidémique de la 5e vague de Covid pourrait avoir été atteint en France, selon Olivier Véran. "Il semble que nous ayons atteint un pic épidémique dans notre pays, un pic très élevé, 50.000 contaminations par jour désormais. C'est le plus élevé que nous ayons connu depuis le début de la pandémie", a indiqué le ministre de la Santé de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

"Je ne peux pas encore vous dire si après le pic, ça va diminuer (...) ou si nous resterons sur un plateau", a ajouté Olivier Véran. En attendant, la vague va continuer pour le moment de toucher les services hospitaliers. "La charge sanitaire, le nombre d'hospitalisations, d'admissions en réanimation, va continuer d'augmenter pendant les deux prochaines semaines et cela commence à peser lourd sur nos hôpitaux", a reconnu le ministre de la Santé.

Mobilisation des soignants relancée

Face à l’afflux de patients dans les hôpitaux, le ministère de la Santé a indiqué à l’AFP ce mardi que des mesures allaient être réactivées pour la mobilisation des soignants. Il s'agit du retour de la majoration des heures supplémentaires de 50%, de la majoration du temps de travail additionnel pour les praticiens hospitaliers (de 50% également) et des gardes supplémentaires pour les personnels hospitalo-universitaires (de 20%).

L'indemnité exceptionnelle de compensation des congés payés non pris dans le cadre de l'épidémie est également de retour. Elle varie selon les catégories entre 110 et 200 euros brut par jour et sera versée dans la limite de 10 jours maximum. L’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) a par exemple déjà relancé cette rémunération des jours de congés annulés.

En cas de report de congés, mais aussi de fermeture de classe ou d'éviction, l’AP-HP va également faciliter la garde des enfants des personnels médicaux et non médicaux, notamment "en remboursant des frais de garde à domicile à hauteur de 50 heures maximum par enfant et par semaine".

LP