RMC

Damien, papa d’un enfant atteint de leucémie: "la vie ne s’arrête pas là"

Mercredi, c'est la journée internationale de lutte contre le cancer de l'enfant aujourd'hui. Chaque année en France, 500 enfants décèdent de la maladie.

Aujourd’hui, huit cancers d'enfants sur dix sont donc guéris. C’est beaucoup, mais ce n’est pas suffisant. La médecine progresse grâce à l’aide des chercheurs. Plusieurs associations lancent des appels aux dons aujourd'hui pour soutenir la recherche.

A Toulouse, une structure permet d’héberger le temps d’un week-end ou pour quelques jours en semaines les parents d’enfants hospitalisés. Des parents qui souvent sont encore sous le choc de l’annonce du diagnostic. C’était le cas de Damien, quand il a appris que Mathis, son fils de 10 ans, avait une leucémie. Damien, et sa femme, ont eu du mal à encaisser le choc. "C’est dur au début. Par rapport au travail déjà, je ne l’ai pas dit tout de suite, je n’ai pas expliqué pourquoi je ne venais pas travailler. On n’a pas trop envie de raconter ça".

Pas évident de gérer la vie de famille, lorsque l’aîné des trois enfants est hospitalisé à plus de 200 km. "Les frères et sœurs ont continué l’école, il fallait gérer. La vie ne s’arrête pas là, il faut la continuer".

De temps en temps, toute la famille est hébergée à la maison des parents, située à une centaine de mètres de l’hôpital des enfants. "Cela leur permet de passer ces étapes, parce qu’on n’est pas tout seul, explique la directrice, Linda Faucon. Il y a des situations plus graves. C’est ce qui me surprend toujours : les familles qui disent toujours ‘mais à côté il y a plus grave’". Chaque année, les 32 chambres de la maison des parents accueille 1200 Proches d’enfants hospitalisés.

Jean-Wilfried Forquès (avec A.M.)