RMC

Le Covid-19 est désormais plus meurtrier que la grippe espagnole aux Etats-Unis

-

- - Kena Betancur / AFP

Les Etats-Unis font face à une violente quatrième vague de covid-19. On recense désormais 676.000 morts, plus que le nombre de victimes de la grippe espagnole qui toucha la planète en 1918.

C’est un seuil symbolique qui vient d'être franchi. Le covid-19 a tué 676.000 Américains alors que la grippe espagnole avait emporté 675.000 personnes entre 1918 et 1919. Les Etats-Unis sont le pays qui recense le plus de morts au monde, devant le Brésil et l’Inde. Les épidémiologistes espèrent que l’on approche d’un pic, avant une possible décrue, mais ils n’en sont pas certains.

Pourtant, début novembre, on pourra de nouveau voyager aux Etats-Unis, mais la décision a été prise parce que l'épidémie recule chez nous, pas parce qu’elle recule chez eux. On compte en ce moment une moyenne de 2.000 morts par jour. C’est quatre ou cinq fois plus qu’en France à population égale. 

La vaccination qui avait commencé très fort tourne maintenant au ralenti. 55% seulement de la population est totalement vaccinée. Joe Biden vient d’annoncer des mesures de vaccination obligatoire pour les fonctionnaires et les employés du privé dans les entreprises de plus 100 salariés.

La situation est surtout préoccupante dans les Etats conservateurs du sud qui sont aussi les moins vaccinés. Au Texas, par exemple, les services de réanimation sont pleins dans une centaine d'hôpitaux. Il y a 4000 personnes en réa, deux fois plus qu’en France pour une population deux fois moindre. On s'inquiète aussi d’une augmentation des hospitalisations des enfants. Bref, aux Etats-Unis, on est encore en plein dans la quatrième vague du covid-19.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi le pass sanitaire obligatoire pour les médecins renforce les déserts médicaux

L'épidémie la plus meurtrière de l'histoire du pays

L'épidémie de covid-19 est devenue la plus meurtrière du pays, tuant plus donc que la grippe espagnole, que l’on aurait dû d'ailleurs appeler la grippe américaine. C’est dans le Kansas que la maladie s’est développée. Le patient zéro était un jeune paysan qui avait été contaminé par un oiseau. Il a été mobilisé pour partir faire la guerre en France et s’est retrouvé dans un camp d'entraînement où s'entassaient 70.000 jeunes recrues.

Ils ont ensuite débarqué à Bordeaux en avril 1918 et ont été envoyés dans les tranchées où ils ont contaminé les militaires français et anglais, puis toute l’Europe a été touché et enfin le monde entier en plusieurs vagues. 

L’histoire est cruelle, ces jeunes Américains sont venus nous aider à gagner la guerre contre les Allemands, mais ils ont apporté avec eux, une maladie qui finalement a fait plus de morts dans le monde que la première guerre mondiale. 

Alors pourquoi parle-t-on alors de grippe espagnole? Parce qu’elle s’est d’abord répandue dans des pays qui étaient en guerre et où la presse était censurée. Il était interdit d’en parler. Finalement lorsque la grippe est arrivée en Espagne, pays qui n’était pas en guerre, la presse espagnole a rapporté des décès et on a cru qu'il s'agissait des premiers, ce qui n’était pas le cas.

Le bilan français du Covid-19 se rapproche-t-il de celui de la grippe espagnole?

Non, la grippe espagnole en France a fait deux fois plus de morts que le covid-19: on en recense 240.000 entre 1918 et 1920 contre 120.000 aujourd’hui. Exactement la moitié donc. 

Au niveau mondial, l'épidémie du siècle dernier reste beaucoup beaucoup plus meurtrière que celle que nous connaissons actuellement. La grippe espagnole a tué environ 50 millions de personnes, dont 18 millions rien qu’en Inde, contre 4,7 millions pour le covid-19, à ce jour.

>> A LIRE AUSSI - La France reste la championne du monde de la redistribution et des prestations sociales

Nicolas Poincaré