RMC

Municipales 2020: la calvaire des mairies de zones rurales pour attirer de nouveaux médecins

REPORTAGE RMC - Au Vigan dans le Lot, la municipalité tente tant bien que mal d'attirer un nouveau médecin généraliste. Un problème des déserts médicaux qui est récurrent, alors que la concurrence entre villes rurales fait rage.

Les zones rurales sont trop souvent des déserts médicaux où, malgré leurs efforts, les municipalités peinent à attirer des professions médicales. Au Vigan, dans le département du Lot, depuis le départ à la retraite du médecin généraliste, la commune n'a toujours pas trouvé son remplaçant. La mairie met donc tout en oeuvre pour attirer un nouveau praticien.

Dans le cabinet médical devenu fantôme, des médicaments sont toujours posés sur les étagères. Depuis le départ du précédent médecin, l’électricité n’a pas été remise.

Dans la pénombre, Sylvette Belonie, adjointe aux affaires sociales de la mairie du Vigan, nous fait visiter: "Il reste encore des dossiers, évidemment. Le bureau est équipé, le matériel est encore là... Donc le médecin n'a plus qu'à venir et s'installer. On l'attend avec impatience", sourit-elle avec un brin de fatalité."

Les urgences ont remplacé le médecin traitant

Dans cette commune de 1.500 habitants, certains s’impatientent. Il y a quelques jours Patrick s’est blessé le poignet. "Vu qu'il n'y a plus personne je me suis retourné vers l'hôpital de Gourdon", explique-t-il. Pour de nombreux Viganés, les urgences situées à 7 km ont remplacé le médecin traitant.

"On attend un médecin depuis maintenant plus d'un an et demi. Il y a une pharmacie mais elle ne peut pas faire grand chose. Quel dommage, c'est une belle région ! Pourquoi ne viennent-ils pas ?"

La mairie a pourtant vanté ses atouts. Verdure, tranquillité et commerces de proximité. Dans une vidéo publiée l’été dernier, plusieurs habitants témoignent. Parmi eux Maï Pelletier. Elle a quitté la région parisienne pour s'installer ici il y a 10 ans.

"Il ne faut pas avoir peur de quitter une autre région. On a tout ce qu'il faut en termes d'écoles, de services publics... Si on veut sortir on va se balader en forêt. Que du bonheur."

"Les collectivités ne sont pas là pour assumer le recrutement d'un médecin"

Une opération séduction qui n’a toujours pas abouti. La mairie a même dû solliciter un cabinet de recrutement et échanger sur Internet avec des candidats qui n’ont pas donné suite.

"On fait un entretien d'embauche comme si c'était un médecin salarié, ce n'est pas notre rôle et ça me met assez mal à l'aise. Les collectivités ne sont pas là pour assumer le recrutement d'un médecin. je trouve ça un peu dommage."

Attirer un nouveau praticien reste la priorité de l’adjointe aux Affaires sociales.

"Malheureusement, sur beaucoup de communes c'est la foire aux enchères. C'est au plus offrant, on est mis en concurrence en permanence."

Contrairement à d’autres communes, Le Vigan ne peut pas salarier de médecin. La mairie a déjà dépensé 40 000 euros pour que l’activité reprenne dans le cabinet.

Municipales 2020: Itinérance du Loiret à la Lozère

Dernière semaine avant le premier tour des élections municipales ce dimanche... A 4h40, 6h40 et 8h, jusqu'au premier tour du scrutin, nos reporters sillonnent la France pour vous faire vivre ces élections, aller à votre rencontre et à la rencontre des maires. Cette semaine Caroline Philippe et Margaux Bédé traversent notre pays, du département du Loiret jusqu'à celui de la Lozère... au coeur des territoires ruraux.

Etape 1 : Germiny-des-Près (Loiret)

Etape 2: Le Vigan (Lot)

Etape 3: Sauxillanges (Puy-de-Dôme)

Etape 4: Argences-en-Aubrac (Aveyron)

Etape 5: Prévenchères (Lozère)

Caroline Philippe et Margaux Bédé (avec J.A.)