RMC
INFO RMC

Santé: Emmanuel Macron doit présenter ses voeux à Corbeil-Essonnes, dans un contexte très tendu

INFO RMC - Emmanuel Macron va présenter ses vœux aux professionnels de santé ce vendredi, à l'hôpital de Corbeil-Essonnes. Une façon de montrer que le secteur, en crise, est l’une de ses priorités.

C’est à l’hôpital de Corbeil-Essonnes que le président de la République Emmanuel Macron doit s’adresser au personnel médical pour adresser ses voeux à la santé, ce vendredi, selon les informations de RMC. Cet établissement de région parisienne avait subi une gigantesque cyberattaque à la fin du mois d’août, paralysant son système informatique: les données des patients avaient été dérobées.

L’hôpital a mis plusieurs mois à reprendre une activité normale, et le ministre de la Santé avait alors débloqué 20 millions d’euros pour mieux protéger les hôpitaux contre ces attaques. François Braun sera d’ailleurs aux côtés du président vendredi. Ils devraient visiter ensemble le service des urgences pédiatriques, avant un discours d’Emmanuel Macron.

Pourquoi dans cet hôpital? "Vu ce qu’ils ont vécu comme enfer opérationnel", un élu de la majorité y voit un moyen "remettre un peu de baume au cœur aux soignants et de faire coup double". Le secret était bien gardé, de la fédération hospitalière, à l’APHP, jusqu’aux syndicats, personne n’était dans la boucle. Façon d’éviter, selon un urgentiste, des manifestations.

C’est justement tout l’objet de ces vœux, répondre à un secteur qui affronte une triple épidémie: covid, grippe, bronchiolite. Les services d’urgence et de pédiatrie sont débordés, les médecins libéraux poursuivent leur grève, et en plus on sera au lendemain de leur grande mobilisation à Paris.

"Vu la situation du système de santé, vu les enjeux, ça doit peaufiner sec !" nous dit un élu proche de la majorité.

Des annonces attendues

Ce qui est sûr, c'est que tous les soignants avec qui nous avons échangé décrivent un système à bout de souffle. "Tout prend l’eau", explique une cheffe de service d’un hôpital parisien. Alors oui, ils attendent des annonces… Cette même spécialiste a d’ailleurs été reçue, comme d’autres médecins, par le président avant les vacances, et elle espère avoir été entendue.

Elle espère que des moyens seront donnés pour éviter la fuite des médecins du service public vers le privé, pour prendre en compte la pénibilité, le nombre insuffisant de médecins, en ville, de personnel paramédical...

Un urgentiste est en revanche très défaitiste face au "système qui s’effondre", dit-il… Pour lui, ces annonces, c’est de la com’: "Les opérations médiatiques ne font que faire bouillir la cocotte-minute qui va exploser".

Si le président venait dans son hôpital pour faire son discours, il dit même qu’il serait "le premier à l’interpeller de manière virulente".

Hélène Terzian (édité par J.A.)