RMC

Consultation de la SNCF auprès de ses clients: "Qu’ils fassent quelque chose pour les gros retards"

La SNCF lance une grande consultation auprès de ses clients, alors qu’ils seront nombreux à prendre le train ce week-end pour partir en vacances.

Dès ce vendredi, beaucoup d'entre vous prennent le train pour partir en vacances. Dans cette optique, la SNCF lance une grande consultation auprès de ses clients. A partir de vendredi et jusqu'à la rentrée, 400 employés dans les gares et les trains de la SNCF vont aller rencontrer les usagers. Un site internet a été créé parallèlement.

Rien que ce week-end, les "gilets rouges" vont se déployer dans 15 des principales gares françaises. La SNCF interroge les clients sur son propre avenir et met à disposition les résultats de l'enquête en temps réel.

"Il faut qu'ils fassent quelque chose"

Le groupe a déjà commencé à interroger ses 250 000 salariés, depuis le 3 juillet dernier. A la gare Montparnasse les voyageurs accueillent plutôt bien cette volonté de la SNCF de les écouter, mais pour la plupart le seul vrai problème reste simple: "Le chantier prioritaire? Ce serait les gros retard, râle Yannick. Il faut qu'ils fassent quelque chose, le week-end dernier j'étais sur la côte landaise, à Capbreton, mon train il devait partir à 7H34 de Bordeaux j'suis parti avec plus d'une demi-heure de retard encore une fois".

Laura, elle, se rend à Nantes et elle partage son avis. "Il y a encore trop de retards, la dernière fois j'suis restée bloquée une heure et demi à Nantes c'était y a deux semaines enfin ça arrive super souvent. Moi je dirais qu'on devrait être remboursé de manière plus efficace parce que jusqu'à 2 heures de retard ce n'est que 25% et je trouve que c'est pas grand-chose".

"Quand y a un retard il n’y a personne"

Un peu plus loin, Mehdi prend le nouveau TGV pour Bordeaux, il insiste sur le manque de personnel les fameux gilets rouges. "Quand y a un retard il n’y a personne, il y a 15 jours de ça il n’y avait pas un gilet rouge qui traînait dans la gare, alors que justement il y avait de gros retards, personne pour nous accompagner nous dire ce qui se passait, les tableaux d'affichage fonctionnaient à peine..."

Mathias Vicherat porte-parole de la SNCF s'attend à ces critiques récurrentes. "Ce sont des critiques de gens souvent qui aiment la SNCF mais qui sont exigeants, donc il n’y aura pas que des critiques. Pourquoi on le fait maintenant parce qu’il y a l'arrivée de la concurrence et qu'avec l'arrivée de la concurrence la SNCF doit se réinterroger sur ses modalités d'action, sur son futur et sur sa stratégie. On a plusieurs modes de transport le train le tram le bus le métro qui sont opérés par la SNCF, ce que l'on souhaite savoir demain c'est si les clients veulent des mobilités connectées: aller d'un point A à un point B avec un seul billet opéré par un seul opérateur la SNCF". Les résultats de cette consultation seront utilisés pour définir le nouveau projet d'entreprise de la SNCF qui sera présenté en fin d'année.

Pierre Gallaccio (avec A.M.)