RMC

Gants de protection obligatoire pour les motards: "Une mesure totalement bidon"

Matignon réunit ce vendredi un comité interministériel de sécurité routière (CISR), le premier depuis quatre ans, pour tenter de mettre fin à la hausse de la mortalité sur les routes françaises. Parmi les mesures attendues, l'obligation pour les motards de porter des gants de protection.

Pour la première fois en 12 ans, le nombre de décès sur les routes a augmenté l'an dernier pour atteindre 3.384 morts. Une tendance qui se confirme pour les huit premiers mois de 2015. C'est pourquoi ce vendredi Manuel Valls réunit aujourd'hui à Matignon, un comité interministériel de sécurité routière (CISR), le premier depuis quatre ans, afin de prendre les mesures nécessaires permettant de mettre fin à cette hausse de la mortalité routière.

"C'est essentiel"

Parmi les mesures attendues, du changement s'annonce pour les motards. Alors que le gilet jaune devra obligatoirement faire partie de leur panoplie à partir du 1er janvier prochain, ils pourraient se voir imposer le port des gants. Car, comme Matthieu, 39 ans, bon nombre d'entre eux ne sont pas du tout équipé. "Je peux rouler en short avec une simple veste de survêtement. Je ne mets pas trop de gants, reconnaît-il. Je suis habitué à rouler sans. Je les mets quand il fait vraiment froid mais sinon je préfère être sans".

Et d'ajouter: "C'est vrai que je ne suis pas très sérieux là-dessus car si on tombe ce sont souvent les mains qui prennent. Je fais une petite faute là-dessus". Garé juste à côté, Xavier-Nicolas, lui, a le vrai style motard: gants, bottes, et vestes renforcée. "Etant pompier, je le constate: les gens équipés n'ont souvent pas grand-chose et ceux non équipés sont brûlés sur une grosse partie du corps. On ramasse des choses pas forcément belles à voir (sic). Je pense donc que c'est essentiel".

"Doubler les glissières de sécurité"

Essentiel, mais insuffisant pour faire baisser la mortalité des motards. C'est en tout cas ce que pense Marc Bertrand, de la Fédération des motards en colère. "C'est une mesure totalement bidon, tempête-t-il S'il faut vraiment protéger les motards, des solutions nous en proposons. Il faudrait commencer par doubler les glissières de sécurité, davantage former les candidats au permis auto à la coexistence avec les deux roues motorisés… Ça ce sont des messages à faire passer ! Le port des gants, ce n'est rien du tout".

Autre mesure balayée d'un revers de main par les motards en colère, l'instauration d'un contrôle technique obligatoire, comme pour les voitures. Inutile selon eux, car moins d'1% des accidents seraient dus à des défaillances techniques.

Marie Régnier avec Maxime Ricard