RMC

Une bibliothèque de Marseille fermée à cause de punaises de lit

La direction de la bibliothèque a demandé à ce que les livres empruntés soient ramenés pour qu'ils soient traités.

La bibliothèque régionale de l’Alcazar à Marseille fermée jusqu’à nouvel ordre à cause des punaises de lit. Fermée depuis jeudi dernier, le 4 octobre, elle devrait rouvrir ce vendredi 11 octobre, mais les services de la mairie de Marseille ont repoussé la date en attendant d’évaluer totalement l’ampleur de l’invasion.

Comme beaucoup d’abonnés, Lucie vient de rapporter les livres qu’elle avait empruntés après avoir reçu un mail la prévenant de la découverte de punaises de lit à l’Alcazar.

"Ça fait toujours un petit peu peur. J’ai tout de suite vérifié dans mes livres qu’il n’y avait rien. J’ai vérifié aussi dans ma chambre et il n’y avait rien non plus donc ça m’a rassuré. J’imagine qu’on en saura un peu plus une fois que la contamination aura eu lieu", Lucie, abonnée bibliothèque Alcazar Marseille.

Un problème de santé publique? 

Une inquiétude encore plus palpable chez les agents qui travaille à la bibliothèque, comme le décrit Christophe Martin-Chalamel, responsable CFDT à la ville de Marseille. 

"Un agent s’est fait piquer par des punaises de lit. Ils se sont aperçus qu’il y en avait dans leur salle de repos dans un canapé. Donc ça a fait monter l’inquiétude parce qu’il y a un foyer à punaise de lit dans le quartier. C’est la première fois qu’on voit une bibliothèque fermer pour cause de punaises de lit ce qui prouve bien le cas extrême de ce qui est en train de se passer à Marseille", affirme Martin-Chalamel, secrétaire CFDT ville de Marseille. 

Une situation qui est même devenue alarmante selon l’inter-collectif "Punaises de lit" qui vient de se créer et dont Katia Yakouki est l’une des portes-paroles. 

"Ça concerne aussi onze écoles, des hôpitaux et surtout beaucoup de logements. Nous demandons que le problème des punaises de lit soit reconnu comme un problème de santé publique", Katia Yakouki, militante France insoumise, porte-parole inter-collectif punaises de lit. 

De son côté, la mairie de Marseille fait valoir qu’elle a déjà dépensé 400 000 euros depuis début 2019 pour lutter contre les punaises de lit.

Lionel Dian avec Guillaume Descours