RMC

Comment parler des attentats aux enfants? "il faut les valoriser et leur donner confiance en eux"

Victimes d’un acte barbare à Manchester, des enfants et adolescents figurent parmi les 22 personnes tuées, dans l’attentat à la sortie du concert de la chanteuse Ariana Grande. Un drame qu’il faut expliquer et essayer de faire comprendre aux plus jeunes générations en renforçant la confiance entre parents et enfants selon Hélène Romano, psychologue, spécialisée dans le psycho-traumatisme et invitée dans 100% Bachelot.

La barbarie n’a pas de limite puisque lundi, ils étaient des cibles. Dans l’attentat de Manchester, des enfants et des adolescents ont tragiquement perdu la vie. Une barbarie difficile à expliquer à d’autres enfants pour certains parents, et qui ne peut se raconter que par un rapport de confiance selon Hélène Romano, psychologue invitée dans 100% Bachelot.

"Ce qui est vraiment important au quotidien, c’est de permettre à nos enfants de prendre conscience que la vie est toujours aussi belle, de leur donner confiance en eux, de leur permettre d’être valorisés. On voit certaines fois des parents pommés qui ne savent plus trop comment s’y prendre, et qui traitent leur enfant comme un objet d’obsolescence qui doit être parfait et performant".

Pour Hélène Romano, la culture de l’humiliation a pris le pas sur la valorisation de l’individu, ce qui explique une incapacité à communiquer entre les enfants et les parents. "Via les jeux vidéo, les séries télés, certaines émissions de télévision, on voit que c’est l’humiliation qui prime. Il faudrait vraiment repenser notre rapport sociétal à l’enfance et à la parentalité pour que les parents comprennent qu’aider son enfant à grandir, c’est pouvoir le protéger et le valoriser. Ainsi, quand il y a un attentat, l’enfant a confiance en lui et en ses parents. De cette manière, on fait face et on continue de vivre. Si la société française est en souffrance, et que les réactions sont très différentes en Belgique, c’est parce qu’on a oublié ces fondamentaux".

100% Bachelot avec A. B.