RMC

"Nous ne sommes pas dupes": le RN pointe le "cynisme" de la levée du pass juste avant la présidentielle

Le 14 mars, le pass vaccinal sera levé. Julien Odoul, porte-parole du Rassemblement national, dénonce sur Estelle Midi le cynisme du timing du gouvernement, un mois avant la présidentielle.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce jeudi au journal de 13 heures de TF1 que l'heure était venue pour un allégement des mesures sanitaires dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Le pass vaccinal va ainsi être levé le 14 mars, tout comme le port du masque en intérieur, sauf dans les transports. 

Marine Le Pen estime que le timing de l'annonce est "cynique". "L'annonce par Jean Castex de la suspension du #PassVaccinal le 14 mars, moins d'un mois avant l'élection présidentielle, démontre combien imposer ce dispositif était inutile et inefficace, mais aussi politiquement cynique", a-t-elle écrit sur Twitter.

"Ce pass vaccinal n'a servi à rien au niveau sanitaire"

Le porte-parole du Rassemblement national Julien Odoul maintient et appuie les propos de sa candidate dans Estelle Midi, trouvant que ce pass vaccinal n'aura "servi à rien".

"On l'avait annoncé que le grand libérateur Emmanuel Macron allait mettre ce dispositif liberticide à la poubelle. Ce pass vaccinal n'a servi à rien au niveau sanitaire. C'était un instrument d'exclusion. Ce n'est pas normal de se faire vacciner juste pour la contrainte de garder une vie normale. (...) (Mais), évidemment qu'on se réjouit que ce dispositif tombe. On est contents que les Français soient débarrassés de ça mais nous ne sommes pas dupes."

Julien Odoul poursuit en pointant des "mensonges à répétition" de la part du gouvernement.

"Nous regrettons que ce dispositif ait été instrumentalisé à des fins politiques depuis de nombreux mois. Il faut qu'on ait de la mémoire sur tout ça. Le 14 mars tout ne sera pas rose."

Au niveau sanitaire, deux mesures vont toutefois continuer de rester en vigueur. Le port du masque restera obligatoire dans les transports collectifs de voyageurs compte tenu de la promiscuité.

Par ailleurs, le pass sanitaire restera aussi en vigueur dans "les établissements de santé, les maisons de retraite, les établissements accueillant des personnes en situation de handicap qui sont particulièrement fragiles", de même que "l'obligation vaccinale qui s'applique aux soignants".

J.A.